BFMTV

"Rendez les coups, les gars": face aux ex-salariés de Whirlpool, Mélenchon prône l'affrontement

En marge d'un meeting à Amiens en compagnie de Manon Aubry et François Ruffin, le chef de file de La France insoumise a discuté avec les salariés qui n'ont pu retrouver d'emploi après la reprise du site par WN Factory.

C'est une rencontre qui signe le retour de Jean-Luc Mélenchon dans l'arène, après quelques semaines de relatif retrait. Ce mercredi à Amiens, le chef de file de La France insoumise a rencontré d'anciens salariés de l'usine Whirlpool, en compagnie de François Ruffin et Manon Aubry.

Une étape de campagne lourde de symboles, censée renvoyer à Emmanuel Macron les espoirs déçus d'une partie des travailleurs restés sur le carreau après la reprise par WN du site. Et, aussi, raviver l'image du duel décisif qui avait opposé le candidat d'En Marche! à Marine Le Pen sur ces terres.

"Rendez les coups. Rendez les coups, les gars. Vous laissez pas faire. (...) Ils ne comprennent que ça. Ils se foutent de vous", a martelé le député des Bouches-du-Rhône face aux ex-salariés de Whirlpool. "Ils n’ont pas [simplement] laissé faire: ils l’ont fait volontairement!"

Prendre l'avantage à gauche

Ce propos vise aussi bien le chef de l'État que l'Union européenne, dont Jean-Luc Mélenchon estime qu'elle est en partie responsable du sort de l'usine Whirlpool. À un peu plus d'un mois du scrutin des européennes, LFI cherche à accélérer sa campagne et prendre l'avantage à gauche, où au moins cinq listes se font concurrence.

Le dernier "eurorolling" de l'institut de sondage Ifop accorde une légère hausse aux insoumis: avec 9% d'intentions de vote, la liste chapeautée par Manon Aubry passe devant celle d'Europe Écologie-Les Verts, désormais à 7%. 

Jules Pecnard