BFMTV

Mélenchon: une intervention armée en Syrie serait "une erreur gigantesque"

-

- - -

Le leader du Parti de gauche était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin. Il a notamment parlé de la situation en Syrie et de Manuel Valls.

"La guerre serait une erreur totale", une intervention militaire en Syrie "une erreur gigantesque!". Jean-Luc Mélenchon n'a pas manqué d'emphase pour évoquer la situation syrienne, ce mardi matin, au micro de BFMTV/RMC. Le coprésident du Parti de gauche a appelé à "prendre tout le temps du sang-froid" et de la réflexion avant de se lancer dans une opération militaire qui se précise de jour en jour, après que l'opposition a accusé le régime de Bachar al-Assad d'utiliser des armes chimiques.

L'objectif, dit-il est de "sortir de la crise par le haut", de trouver "une solution diplomatique et politique", défendant un "point de vue français" sur la question. Une vision qu'il partage d'ailleurs avec d'autres responsables politiques, notamment de droite, comme Marine Le Pen ou Jacques Myard. "Et pourquoi pas?", s'est emporté Jean-Luc Mélenchon, insistant plusieurs fois sur le rôle des "puissances étrangères" dans le conflit syrien, "prétexte" à un affrontement entre intérêts divergents. "Je refuse le système de shérifs", a déclaré le leader d'extrême-gauche.

Valls "contaminé par le FN", Mélenchon persiste et signe

Très remonté contre le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, Jean-Luc Mélenchon a réitéré ses critiques virulentes, appelant les socialistes à réagir. "Ce qu'il dit et ce qu'il fait est trop grave pour que vous ne vous en rendiez pas compte", s'est-il exclamé. Pour lui, Manuel Valls est "extrêmement néfaste pour la gauche", parce qu'il "dédiabolise les idées" du Front national, comme celle de l'existence d'un "ennemi intérieur".

Jean-Luc Mélenchon estime "jouer (son) rôle de lanceur d'alerte" en critiquant vertement le ministre de l'Intérieur. "Mais les socialistes n'acceptent que les critiques commençant pas 'bravo'!", a-t-il ironisé.

V.D.