BFMTV

Législatives: pour Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise est le "seul bloc d'opposition"

Le leader de la France insoumise, candidat aux législatives dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, était ce vendredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin pour RMC et BFMTV.

Coûte que coûte, il se battra pour son programme. Invité ce vendredi matin de Bourdin Direct pour RMC et BFMTV, Jean-Luc Mélenchon fait part de toute sa détermination à deux jours d'un nouveau scrutin crucial. Alors que son parti de La France insoumise est pour l'heure crédité de 11% des suffrages avant le premier tour des législatives de dimanche, le quatrième homme de la présidentielle rêve encore d'une majorité à l'Assemblée nationale pour contrer la politique menée par Emmanuel Macron.

"La France Insoumise est aujourd'hui le premier bloc d'opposition", affirme notre invité. "Quand vous élisez un député PS ou LR, vous ne savez pas s'il sera avec Macron ou pas", ajoute-t-il. "Quand vous élisez un député France Insoumise, vous savez qu'il appliquera son programme."

En l'occurrence, "les perspectives et les mots-d'ordre de l'avenir en commun", que le parti de Jean-Luc Mélenchon compte défendre après les législatives, quelque soit le résultat.

"Ne votez pas FN"

Au coeur d'une importante polémique lors de l'entre-deux tours de la présidentielle quand il avait refusé de faire clairement barrage au Front national en donnant une consigne de vote entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, l'eurodéputé s'est montré beaucoup plus limpide sur notre antenne:

"La consigne permanente: ne votez pas Front national, les gens. Parce qu'il divise le peuple", dit-il, avant de poursuivre. "C'est nous qui l'avons fait reculer."

Macron "va finir par croire qu'il peut marcher sur les eaux"

Tout au long de l'entretien, celui qui est également candidat à Marseille pour les législatives n'a pas eu de mots assez durs sur le projet de réforme du code du travail. "Le président et le Premier ministre veulent mettre le maximum du pouvoir normatif dans l'entreprise", redoute Jean-Luc Mélenchon. "Avec les ordonnances, le seul pouvoir des parlementaires ce sera de dire 'oui' ou 'non'."

L'occasion de s'attaquer de nouveau à "l'immense illusion" qu'est le nouveau président de la République. "Emmanuel Macron a dit qu'il était 'jupitérien', imaginez que j'aie dit une chose pareille", critique encore l'élu. "Il va finir par croire qu'il peut marcher sur les eaux."

Jé. M.