BFMTV

Zyed et Bouna: Marion Maréchal-Le Pen pointe la "racaille" qui a mis "le feu" à Clichy

Marion Maréchal-Le Pen lors d'un meeting en Essonne, le 18 mai 2015.

Marion Maréchal-Le Pen lors d'un meeting en Essonne, le 18 mai 2015. - BFMTV

"Ce verdict prouve que la racaille avait bien mis la banlieue à feu et à sang par plaisir et non à cause d'une bavure policière." Marion Maréchal-Le Pen a salué à sa manière la décision du tribunal correctionnel de Rennes de relaxer les policiers poursuivis dans l'affaire Zyed et Bouna, du nom des deux jeunes qui étaient morts dans un site EDF à Clichy-sous-Bois. Un tweet polémique que la jeune députée frontiste a assumé lundi soir, lors d'un meeting à Saint-Germain-Lès-Arpajon dans l'Essonne.

"Je ne m'excuse pas, je le revendique"

"Il semblerait que j’ai de nouveau soulevé, bien malgré moi, les cœurs des vierges effarouchées de la République", a ironisé l’élue du Vaucluse. "Je ne m’en excuse pas, je le revendique bien au contraire même si je dois être la dernière avec mes amis du Front national à utiliser les mots justes pour qualifier la réalité", a-t-elle ajouté.

Des propos aussitôt condamnés par Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV. "Ce ne sont pas des propos d’une personne politiquement responsable, ce sont des propos de guerre civile", a estimé Jean-Luc Mélenchon. "Cette femme joue des haines, des peurs (...) Cette famille Le Pen est décidément une tare pour notre pays", a ajouté le député européen.

Satisfaction au FN

La satisfaction de Marion Maréchal-Le Pen semble être partagée au sein du Front national. Son vice-président Florian Philippot s'est dit "très heureux pour les policiers" et a salué la "victoire de la justice".

La présidente du FN, Marine Le Pen, s'est elle contentée d'un tweet plus sobre que celui de sa nièce: "aujourd'hui, justice a été rendue" a-t-elle écrit lundi soir.

S. C.