BFMTV

Une conférence de Robert Ménard à Toulouse fait polémique

BFMTV

La venue lundi soir à Toulouse du maire de Béziers Robert Ménard, proche du Front national, a suscité de nombreuses protestations d'organisations de gauche, sans pour autant se traduire par une manifestation de rue. Venu tenir une réunion sur le thème "faire de la politique autrement", l'élu a pu faire son entrée sans encombre dans la salle municipale où il devait partager la vedette avec un des fondateurs de la "Manif pour tous" devant un peu plus de 200 personnes, a constaté un journaliste de l'AFP.

La présidente régionale du Crif (conseil représentatif des institutions juives de France) Nicole Yardeni et le porte-parole régional du conseil français du culte musulman Abdellatif Mellouki étaient toutefois venus manifester par leur présence leur réprobation des récents propos du maire de Béziers.

Robert Ménard déclarait au début du mois de mai qu'il y avait "64,6%" d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers" en se fondant sur leur prénom. Il a fait scandale en accréditant l'idée d'un fichage religieux des élèves.

S'il se défend d'un fichage, interdit par la loi française, Robert Ménard a réaffirmé lundi avant la conférence qu'il était "favorable aux statistiques ethniques". "Je dis ce qui est, que cela plaise ou non, on s'interroge sur ma méthode au lieu de se demander: que faire pour l'intégration, pour l'assimilation", a-t-il déclaré. "Il y a une école où on trouve 90% de ces enfants, leurs parents aspirent à la diversité, je propose de séparer cette école en trois et d'attirer des gens d'autres milieux", a-t-il ajouté.

Egalement interrogé au début du débat, Abdellatif Mellouki, a lui, déploré "qu'on divise les Français en catégories, comme dans les années 40".