BFMTV

Marion Maréchal-Le Pen, l'IVG et "l'inattention des femmes"

Marion Maréchal Le Pen, le 22 avril 2012

Marion Maréchal Le Pen, le 22 avril 2012 - -

Interrogée sur l'IVG, la jeune député frontiste a affirmé mercredi sur Le Mouv' que "ce n'était pas à l'Etat de réparer les inattentions des femmes".

En matière d'interruptions volontaires de grossesse (IVG), Marion Maréchal-Le Pen a des idées bien arrêtées. Interrogée à ce sujet sur Le Mouv', mercredi, la benjamine de l'Assemblée nationale a réclamé que l'Etat ne rembourse plus cette intervention.

"Il faut dérembourser [les interruptions volontaires de grossesse]. On a quand même des moyens de contraception abordables, a-t-elle expliqué. Je pense que c'est un acte grave et qu'aujourd'hui on est confronté à un certain nombre d'excès."

IVG de confort

"Donc vous pensez comme Louis Aliot qu'il existe des avortements de confort"? la relance Le Mouv'. "Je pense oui. Oui, en effet. Mais je pense que c'est extrêmement minoritaire", répond alors la jeune député frontiste, qui défend l'idée que les moyens de contraception actuels sont suffisants.

"Ce n'est pas à l'Etat de réparer les inattentions des femmes", insiste-t-elle un peu plus loin dans un échange repéré par Le Lab et que vous pouvez écouter ci-après:

Lors de la campagne présidentielle, la présidente du Front national Marine Le Pen avait déjà fustigé les "IVG de confort".