BFMTV

Des élus LR entament le dialogue avec Marion Maréchal

Marion Maréchal - Image d'illustration

Marion Maréchal - Image d'illustration - Pascal Guyot - AFP

Plusieurs élus de droite ont accepté de dîner avec l'ancienne députée FN mardi soir. Une rencontre au cours de laquelle il fut d'abord question, d'après L'Obs et Le Figaro, d'échanges de vues et de convergences d'idées.

Toute alliance se construit patiemment. Même s'il ne s'agit que d'une amorce de rapprochement, le dîner qui a eu lieu mardi entre des élus Les Républicains et Marion Maréchal recèle une forte valeur symbolique. Révélée le lendemain par Le Figaro et L'Obs, cette rencontre marque une évolution considérable -qu'aura à cœur de minimiser l'état-major de LR- dans la tectonique des droites. Et ce, un mois après l'énième séisme que furent les élections européennes. 

Ce rendez-vous estival au Bouclier de Bacchus, un bar à vin du IXe arrondissement de Paris, a réuni la directrice de l'Issep et une "vingtaine d'élus" LR qui ont donc décidé de braver l'interdit. À savoir, entrer en contact direct et assumé avec une membre de la famille Le Pen. Étaient notamment présents le sénateur LR du Val-d'Oise Sébastien Meurant, le député LR de l'Ain Xavier Breton et Sébastien Pilard, conseiller régional LR des Pays-de-la-Loire et, surtout, secrétaire national du parti encore récemment dirigé par Laurent Wauquiez. 

"Analyse commune"

La rencontre s'est faite sous l'égide de personnalités issues de la droite "hors les murs", par exemple le jeune Erik Tegnér, cet ex-candidat à la présidence des jeunes LR qui, un temps, soutenait la libérale Virginie Calmels. Jacques de Guillebon, proche de Marion Maréchal et rédacteur en chef du mensuel L'Incorrect, ainsi que François de Voyer, patron du Cercle Audace, collectif qui prône l'union des droites, étaient également de la partie. 

Comme l'ont assuré plusieurs participants auprès du Figaro et de L'Obs, l'idée aurait avant tout été "d'apprendre à se connaître" et "d'échanger sans tabou". Oui, mais sur quoi? PMA sans père, référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris, décentralisation... Interrogé par BFMTV, François de Voyer assure qu'il ne s'agissait en rien d'une "discussion d’appareil (...) pour se distribuer des postes". Au menu, plutôt, "une analyse commune sur des sujets ponctuels". "Il n’y a pas de plan machiavélique ou caché", prévient-il.

Des élus situés à la droite de LR

Le profil des trois principaux élus LR conviés en dit un peu sur la teneur de la rencontre et des convergences possibles avec l'ancienne députée FN du Vaucluse. 

Très disert sur les sujets sociétaux, le député Xavier Breton a été l'un des plus virulents critiques du projet de loi de bioéthique préparé par l'actuel gouvernement. D'après lui, il y a derrière l'extension de la PMA une "volonté de détruire la famille". Ses interventions à l'Assemblée nationale marquent souvent par leur tonalité conservatrice, comme lorsqu'il a établi un lien entre cours d'éducation sexuelle et la multiplication des "atteintes sexuelles" qui pourrait en découler.

Le sénateur Sébastien Meurant déclarait à L'Incorrect, dès octobre 2018, vouloir "s'asseoir, discuter" avec Marine Le Pen.

"Sur les questions régaliennes, par exemple, je ne vais pas vous dire que je m’oppose aux positions défendues par le Rassemblement national: ce sont celles que défendait le RPR dans les années 1980! Evidemment que je les partage", affirmait-il. 

Quant à Sébastien Pilard, le choix de l'inviter mardi soir ne tient pas non plus du hasard. Hostile aux sanctions imposées par le Parti populaire européen (groupe de la droite et du centre au Parlement européen) à Viktor Orban, il fait partie des cofondateurs de Sens commun, émanation politique de La Manif pour tous. 

Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR qui a récemment renoncé à briguer la présidence du parti, a glissé ce matin qu'il n'y aurait pas d'exclusion décidée en conséquence de ces discussions.

Jules Pecnard avec Camille Langlade