BFMTV

Européennes: Hayk Shahinyan, un temps sur une liste gilets jaunes, lance son parti

Hayk Shahinyan

Hayk Shahinyan - Capture d'écran France 2

Hayk Shahinyan, ancien membre de la liste des gilets jaunes emmenée par Ingrid Levavasseur, a annoncé ce dimanche qu'il créait son propre parti: le Mouvement Alternatif Citoyen (MAC).

Hayk Shahinyan, qui s'était retiré de la première liste des gilets jaunes pour les élections européennes, a annoncé dimanche qu'il allait fonder un nouveau parti, le Mouvement Alternatif Citoyen (MAC). Son ambition est de "rassembler la société française le plus largement possible, sans être dans gilets jaunes ou pas gilets jaunes", indique-t-il dans une vidéo tournée à Lyon et diffusée sur le site putsch.media. "Nous allons construire ce mouvement citoyen, faire un tour de France" et "on aura beaucoup d'adhérents, entre 10 et 15.000 d'ici fin mars", assure Hayk Shahinyan, 30 ans.

"Courant mars, on va organiser un débat interne et les adhérents vont voter" pour décider de la présentation ou non d'une liste aux européennes du 26 mai, précise-t-il. Le cas échéant, ce seront "les adhérents qui constitueront la liste". "L'objectif de ce mouvement, c'est d'arriver au pouvoir" et "dans les années à venir à avoir des élus dans les mairies, au Parlement européen", poursuit Hayk Shahinyan, qui se met "au service" du projet.

Ce dimanche soir, il a présenté le parti qu'il vient de créer sur notre antenne. Soucieux de trouver une solution "sur le long terme", il a notamment assuré que, pour sa famille politique tout juste née, les européennes n'étaient pas "une priorité absolue". 

Un "recul" de courte durée 

Il avait pourtant été brièvement fin janvier le directeur de campagne du "Ralliement d'initiative citoyenne" (RIC), une liste emmenée par Ingrid Levavasseur, l'une des figures du mouvement des gilets jaunes. Hayk Shahinyan avait alors souhaité "prendre du recul". "Il n'y aucune animosité mais des approches personnelles" différentes, a-t-il expliqué dimanche dans la vidéo de putsch.medias. Désormais, il entend "créer un parti sans faire les erreurs des autres partis", en portant "un projet collectif et qui vient du terrain".

Et de lancer: "Nous irons convaincre non seulement tous les abstentionnistes" mais aussi "les électeurs du Rassemblement national, des électeurs du Parti socialiste qui retrouveront des valeurs de la gauche portées par des citoyens lambdas" et encore "ceux qui ont voté Emmanuel Macron, avant de comprendre qu'il a été enfanté par les élites financières et politiques".

Robin Verner avec AFP