BFMTV

François de Rugy fustige la "dérive gauchiste" d'EELV et quitte le parti 

Le député de Loire-Atlantique, coprésident des députés écologistes à l'Assemblée, avait depuis longtemps marqué son désaccord avec la ligne radicale de son parti.

"Pour moi, EELV, c'est fini", c'est par ces mots adressés au Monde que le député écologiste François de Rugy annonce qu'il quitte son parti ce jeudi, moins d'une semaine après les Journées d'été d'EELV

Dans une longue interview accordée au quotidien du soir, François de Rugy explique qu'il reprend ainsi sa "liberté de parole et d'action".

"Le cycle ouvert par Daniel Cohn-Bendit en 2008 est arrivé à son terme. Aujourd'hui, on n'arrive plus à avoir les débats, ni de fond ni stratégiques, au sein d'un parti qui s'enfonce dans une dérive gauchiste", explique le coprésident des députés écologistes.

EELV "est en train de se marginaliser"

"Je ne suis ni dans l’idée d’adhérer à une autre formation ni d’en créer une autre", explique encore ce militant de longue date au sein des Verts, puis d'Europe Ecologie - Les Verts qui entend malgré tout "fédérer les écologistes réformistes" "au-delà de la forme du parti traditionnel".

Deux tendances s'affrontaient déjà au sein d'EELV depuis la fracassante décision de Cécile Duflot, en avril 2014, de quitter le gouvernement pour cause d'incompatibilité avec Manuel Valls tout juste nommé à Matignon. EELV "est en train de se marginaliser et à vitesse grand V" depuis l'élection présidentielle de 2012, met en garde le député de Loire-Atlantique qui va publier un ouvrage intitulé "Ecologie ou gauchisme, il faut choisir". Peu confiant pour les élections à venir, il regrette que la gauche ait du mal à unir ses forces. "En se divisant, la majorité de 2012 prend le risque d’être loin derrière la droite et l’extrême droite", et les écologistes "risquent d'être la dernière roue du carrosse", redoute-t-il.

"EELV, une petite boutique présidentielle"

Cécile Duflot, après une tentative avortée de rapprochement avec l'ombrageux Jean-Luc Mélenchon, semble envisager une candidature à l'élection présidentielle de 2017. Or pour François de Rugy, ce serait "l'exact remake de celle de 2012 avec le résultat que l'on connaît": le score de 2,31% d'Éva Joly. Cécile Duflot "se prépare et EELV est déjà devenu une petite boutique présidentielle". 

A trois mois des élections régionales et à 18 mois de la présidentielle, celui qui depuis 2012 co-préside avec Barbara Pompili le groupe écologiste à l'Assemblée va rester au groupe des Verts au Palais Bourbon.

A. D.