BFMTV

Crise agricole: "On est dans un système cinglé", déplore José Bové

L'eurodéputé Europe Ecologie-Les Verts (EELV) était l'invité de Bourdin direct, ce vendredi. L'occasion d'évoquer la crise des éleveurs, Notre-Dame-des-Landes, mais aussi la primaire à gauche en vue de 2017.

Invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin, l'eurodéputé écologiste José Bové est revenu sur la crise agricole qui a fait rage toute la semaine.

"On est dans un système cinglé où l'on ne peut pas vivre", a déploré l'ancien candidat à l'élection présidentielle. "C'est le seul métier où l'on peut vendre en dessous du coût de production." 

Face à cette problématique, le fermier propose "une règle pour obliger à acheter au moins au coût de production". "Je dis à Stéphane Le Foll (le ministre de l'Agriculture, ndlr) qu'il faut étiqueter en France, même si Bruxelles n'est pas d'accord."

Notre-Dame-des-Landes: "Non aux expulsions"

Le député européen s'est également exprimé au sujet du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, alors que les dernières expulsions ont été approuvées par la justice en début de semaine. "Je dis non, aux expulsions", a affirmé José Bové, "il faut se défendre".

"On sait que ce projet ne pourra pas se faire", a-t-il encore martelé.

La primaire à gauche?

Ancien candidat à l'élection présidentielle, José Bové a aussi eu un mot sur l'organisation d'une primaire à gauche. Assurant qu'il n'y sera pas candidat, l'eurodéputé s'est aussi dit persuadé que François Hollande "n'y participerait pas". 

Mais qui aura à ses faveurs, le moment venu? "S'il décidé d'y aller, je soutiendrai à nouveau Nicolas Hulot", a ainsi affirmé l'eurodéputé. Conseiller de François Hollande pour la planète jusqu'à la fin du mois de janvier, l'écologiste a déclaré jeudi qu'il pourrait effectivement se lancer dans la course à 2017.