BFMTV

Quand François Hollande se moque des membres de la Cour des comptes

François Hollande, le 13 mars 2017.

François Hollande, le 13 mars 2017. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le 24 février, en plein pot de départ de plusieurs collaborateurs de l'Elysée, le chef de l'Etat s'est laissé aller à une blague moqueuse sur les membres de la Cour des comptes.

Dans moins de deux mois, il aura transmis les clés de l'Elysée à son successeur. Les jours de François Hollande au sommet de la République sont désormais comptés, et le chef de l'Etat, qui avait renoncé à se porter candidat à sa propre succession en décembre dernier, semble ne plus chercher à contrôler ses mots, en public. 

Blague moqueuse 

Le Figaro rapporte ainsi que François Hollande, bien que très présent sur le terrain ces derniers jours, s'est laissé aller à quelques notes d'humour moqueur, le 24 février dernier, lors d'un pot de départ d'employés de l'Elysée, au cour duquel le chef de l'Etat a salué le travail de six de ses collaborateurs quittant le 55 rue du Faubourg Saint-Honoré.

Ainsi, au moment d'honorer Vincent Feltesse, qui fut son conseiller politique de mai 2014 à janvier 2017, en partance pour la Cour des comptes, François Hollande a glissé un trait d'ironie sur la juridiction financière, devant l'assistance présente, jasant sur l'inactivité supposée des membres de la Cour.

"Je connais bien cette institution... Je l'ai choisie après l'ENA pour pouvoir trouver le temps de faire, parallèlement, de la politique…", a ainsi lancé François Hollande. "D'ailleurs, les membres y sont deux par bureau, pour que chaque personne puisse vérifier que l'autre n'est pas en train de dormir", a-t-il enchaîné, suscitant les rires de son auditoire. 

Comme le souligne Le Figaro, le président de la République faisait peut-être allusion moqueuse à la carte de voeux adressée par Vincent Feltesse aux parlementaires socialistes, au moment de son arrivée à la Cour des comptes. "En espérant avoir le plaisir de nouveaux échanges, sur Paris, sur Bordeaux, où je vais être plus présent", pouvait-on y lire. 

A.S.