BFMTV

Macron réunit le premier "Conseil de défense écologique", les européennes dans le viseur

Les écologistes dénoncent un coup de communication destiné à leur siphonner des voix, à trois jours seulement des élections européennes.

Pour la première fois, Emmanuel Macron réunit ce jeudi matin à l'Elysée le Conseil de défense écologique, nouvelle instance annoncée par le Président lui-même le 25 avril dernier. Autour du chef de l'Etat, 12 ministres sont attendus, d'Edouard Philippe à François de Rugy, chargé de la Transition écologique ou encore Elisabeth Borne, ministre des Transports, et Didier Guillaume ministre de l'Agriculture.

À l'issue de ce conseil express prévu pour durer une heure et demi, François de Rugy et Edouard Philippe doivent donner une conférence de presse et annoncer les premières mesures. Au programme, une réforme du Code minier, imposant des contraintes environnementales aux programmes miniers. Selon Le Parisien, le gouvernement devrait également annoncer qu'il ne conduirait plus de négociations avec un pays non engagé dans les accords sur le climat de Paris signés en 2015.

"Opportunisme électoral"

De quoi énerver Yannick Jadot, qui dénonce l'opportunisme de la majorité à seulement trois jours des élections européennes, alors que La République en Marche est au coude-à-coude avec le Rassemblement national: "Ça s'appelle de l'opportunisme électoral", a assuré mercredi matin la tête de liste d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sur France Inter. "Le président Macron a décidé ces dernières semaines de devenir écolo", a-t-il surenchérit sur France 2 le soir même, avant de porter l'estocade finale jeudi matin sur BFMTV: "La ficelle est un peu dure à avaler", a-t-il martelé face à Jean-Jacques Bourdin.

Un plan presque assumé du côté du gouvernement: "Ce n'est pas totalement un hasard. L'initiative n'est pas entièrement dénuée d'intérêts. Les voix vont compter double dans cette dernière ligne droite et il faut multiplier les signes", assure un proche du gouvernement au Parisien.

Nombreux points abordés

En plus du Code minier et de la fin des négociations avec les pays non signataires de l'Accord de Paris, le Conseil écologique de défense doit également fixer de nouveaux objectifs de recyclage plastique, proposer de freiner l'artificialisation des sols ou encore annoncer la création de nouvelles réserves naturelles.

Le CDE devrait aussi permettre de préciser la future loi sur l'économie circulaire et proposerait un plan pour accélérer la rénovation thermique des logements. Un bien vaste programme pour une si courte réunion.

Guillaume Dussourt