BFMTV

"Kwassa-kwassa": Macron prône l'apaisement avec son homologue comorien

Après la plaisanterie malheureuse du président, l'Élysée prône "l'apaisement"

Après la plaisanterie malheureuse du président, l'Élysée prône "l'apaisement" - Etienne LAURENT / POOL / AFP

Après la polémique suscitée par une plaisanterie malheureuse du président français sur les kwassa-kwassa, les deux chefs d'État appellent à "l'apaisement".

Le président de la République Emmanuel Macron et son homologue comorien Assoumani Azali se sont entretenus au téléphone, convenant de "travailler dans un esprit d'apaisement et de confiance mutuelle" après l'indignation provoquée par une plaisanterie du président français sur les kwassa-kwassa, a indiqué l'Élysée ce lundi.

Lors d'un déplacement en Bretagne jeudi dernier, Emmanuel Macron avait plaisanté au sujet de ces embarcations de fortune sur lesquelles périssent de nombreux migrants comoriens tentant de rejoindre Mayotte, le département français voisin, dans l'océan Indien.

Le ministre comorien des Affaires étrangères, Mohamed Bacar Dossar, avait exigé un peu plus tôt lundi des excuses du président français, jugeant sa plaisanterie "choquante et méprisante". De son côté, la présidence comorienne avait déploré une "déclaration inconsidérée" à mettre "sur le compte de la jeunesse" du président français. Qualifiant l'échange téléphonique de "cordial, ouvert et constructif", l'Élysée a précisé que les deux présidents avaient évoqué à plusieurs reprises la "relation indispensable" entre leurs deux pays.

"Renforcer la coopération entre les Comores et la France"

Outre "l'apaisement" de cette relation, ils sont convenus, toujours selon la présidence française, de "renforcer la coopération dans tous les domaines entre les Comores et la France pour empêcher de nouveaux drames humains". Les deux chefs d'État ont également décidé de "réunir à brève échéance le Haut conseil paritaire franco-comorien" sous l'égide de leurs ministres des Affaires étrangères pour aborder "à la fois les enjeux de sécurité et de développement". Il s'agit, ont-ils également souligné, toujours selon l'Élysée, de "surmonter les contentieux qui ont divisé (leurs) deux pays pendant des décennies".

Les migrants, qui partent notamment de l'île comorienne d'Anjouan, empruntent ces "kwassa-kwassa" pour rallier les côtes de Mayotte illégalement, parfois au péril de leur vie. Ces traversées ont causé "entre 7.000 et 10.000 morts depuis 1995", selon un rapport du Sénat français de 2012. Lors d'une visite au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d'Étel (Morbihan), Emmanuel Macron avait lâché sur le ton de la plaisanterie: "Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c'est différent". Face à l'indignation suscitée par ces propos, l'Élysée avait reconnu samedi "un trait d'humour malheureux qui a pu blesser".

P.L avec AFP