BFMTV

"Dîner de con", "câlinothérapie": les maires déçus après avoir été reçus à l'Elysée

Les maires de France reçus à l'Elysée.

Les maires de France reçus à l'Elysée. - Ludovic Marin - AFP

Mercredi soir, le couple Macron a reçu au palais présidentiel plus de 1.000 maires de France pour un dîner à l'occasion de leur 100e Congrès qui se tient actuellement.

La décontraction sous les ors de la République avant la confrontation à la Porte de Versailles. Mercredi soir, 1.000 maires de France, choisis par les préfets, étaient reçus à l'Elysée par le couple Macron pour un dîner. Une pause détente à quelques heures du discours du président de la République qui clôturera le 100e Congrès des maires de France qui se tient actuellement à Paris. Un rendez-vous qui a reçu un accueil mitigé.

Tapis rouge, petits fours, cocktails, le moment se voulait amical. "Effectivement, ça fait un peu récréation mais c’est aussi un moment de détente", concède Lionella Gallard, maire DVG De cheverny, dans le Loir-et-Cher. La soirée a notamment été rythmée par les nombreuses photos de groupes ou les selfies avec, pour les chanceux, Emmanuel ou Brigitte Macron, et pour les autres avec les 15 ministres qui participaient à la réception. 

"J’étais d’abord venu, personnellement, c’est un peu égoïste, visiter le palais de l’Elysée, confie avec un sourire Jules Larramendy, maire de Larceveau-Arros-Cibits, dans les Pyrénées-Atlantiques. J’ai serré la main à Mme Macron, le président était trop occupé."

Gueule de bois

Ces sourires de façade ne doivent pas cacher la tension entre les élus et l'actuel locataire de l'Elysée à l'heure de la suppression de la taxe d'habitation pour une partie des ménages et la baisse des dotations de l'Etat. Si pour Christophe Barbier, éditorialiste politique de BFMTV, Emmanuel Macron pourrait annoncer le remaniement devant les élus locaux en gage de confiance, ce discours sera surtout l'occasion de présenter la "refonte profonde de la fiscalité locale".

"C’est un geste qui a été fait vis-à-vis de nous mais dans tous les cas, ce n’est pas ça que l’on attendait du président", prévient Marie-Carole Ciuntu, maire LR de Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne.

"Baisse des dotations, la taxe d’habitation, les contrats aidés, tout s’envole et on ne sait pas comment on va finir", résume avec inquiétude Delphine Comte, maire SE de Colombier-le-Jeune, en Ardèche.

Cette réception aurait pu être, selon eux, l'occasion pour Emmanuel Macron de faire autre chose qu'une simple câlinothérapie avant les annonces de jeudi.

"On est vraiment à l’os aujourd’hui sur les finances, regrette Patrice Bessac, maire PCF de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Un peu déçu finalement que ça n’a été qu’un cocktail et qu’on ait pas pu débattre avec le président de la République."

"Dîner de cons"

Au lendemain de la soirée à l'Elysée, c'est plutôt la gueule de bois chez les maires de France.

"C'est un sentiment étrange, hier soir, on avait un peu l'impression de participer à un dîner de cons, pour tout vous dire. Les maires ont un peu le sentiment d'être pris pour des François Pignon", a déploré Gaël Perdriau.

Le maire LR de Saint-Etienne, dans la Loire, a alors comparé, sur RTL, le fonctionnement de l'Elysée à celui du Vatican. "Il y avait trois antichambres avant de pouvoir arriver là où il recevait, mais nous avons été très peu sans doute à pouvoir l'approcher. Il n'a pas daigné venir s'exprimer", a détaillé l'élu. Après le président jupitérien, le président papale?

"En tout cas il ne faut pas que le président de la République pense qu'en nous caressant le dos, comme il a cherché peut-être à le faire hier soir avec ce cocktail, il a mis un étouffoir sur l'ensemble des sujets qui nous préoccupent", a conclu le maire de Saint-Etienne, critiquant l'"expression très autoritaire, très arbitraire dans les décisions qui sont prises".

Justine Chevalier avec Jérémy Trottin