BFMTV

Régionales: un candidat RN en Bourgogne-Franche-Comté se retire et dit avoir voulu "faire le buzz"

Kamel Agag-Boudjahlat et Julien Odoul

Kamel Agag-Boudjahlat et Julien Odoul - Compte Twitter Julien Odoul

Kamel Agag-Boudjahlat avait été investi tête de liste pour le Territoire de Belfort. Il assure désormais avoir voulu "infiltrer" le parti d'extrême droite.

L'annonce a eu lieu le 30 avril, sur le compte Twitter du conseiller régional Rassemblement national (RN) Julien Odoul: "Pour une région qui vous protège, Kamel Agag-Boudjahlat a été investi tête de liste du RN dans le Territoire de Belfort", écrit l'élu. Une annonce confirmée samedi 1er mai dans les colonnes de L'Est républicain.

Une candidature qui a fait long feu: son retrait a été signifié lundi, toujours dans L'Est républicain. L'éphémère candidat, 38 ans et éducateur de profession, assure ensuite avoir voulu "infiltrer" le parti d'extrême droite et "faire le buzz".

"Je suis obligé de mettre fin à ma stratégie plus tot que prévu parce que ça a suscité des violences telles...", s'est justifié Kamel Agag-Boudjahlat lundi au micro de France Bleu. "J'ai vu tout autour de moi tous ces gens s'effondrer, je pense à une amie (...) qui s'est mise à pleurer quand elle a su que j'avais rejoint le Rassemblement national. (...) Je ne veux pas pousser le jeu aussi loin, juste parce que je veux avoir un poste de conseiller régional, c'est pas loyal de ma part", assure-t-il.

Si son expérience a été écourtée, l'aspirant élu déclare compter en tirer un livre intitulé J'ai infiltré le rassemblement national.

Odoul dit ne pas croire les explications

"L’état de violences et d’intimidations est tel dans notre pays qu’un candidat soit contraint de renoncer à se présenter aux élections et à justifier de raisons improbables dont tout le monde aura compris qu’elles sont guidées par la peur des menaces physiques proférées", a réagi lundi Julien Odoul sur Twitter.

Auprès de France Bleu, le conseiller régional mariniste affirme ne pas croire "à l'explication de l'infiltration ou du buzz. Il a essayé de se protéger. Je regrette sa décision car elle donne crédit aux haineux qui l'accablent", croit-il savoir. Des explications qui "ne tiennent pas debout", appuie-t-il auprès du HuffPost.

Vrai buzz ou rétropédalage? Au micro de France Bleu, Kamel Agag-Boubjahlat appelle désormais à s'inscrire sur les listes électorales et à aller voter lors du scrutin de juin. "Ou mieux encore, prenez les choses en main dans vos quartiers pour améliorer les choses", a-t-il déclaré.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV