BFMTV
Présidentielle

Yannick Jadot dénonce "la guerre avec la vieille gauche" entre Christiane Taubira et Anne Hidalgo

Yannick Jadot au Grand Jury le 16 janvier 2022

Yannick Jadot au Grand Jury le 16 janvier 2022 - RTL

Le candidat écologiste renvoie dos-à-dos la maire de Paris et l'ancienne garde des Sceaux. Il les accuse de "régler leurs comptes sur le quinquennat Hollande".

Attaquer ses opposantes. Yannick Jadot montre les muscles après l'officialisation de la candidature de Christiane Taubira à la présidentielle ce samedi par le biais de la Primaire populaire et les attaques d'Anne Hidalgo. La maire de Paris n'a de cesse de regretter que le candidat écologiste ferme sa porte à ses tentatives d'union.

"Ma conviction, c'est qu'aujourd'hui, je veux faire la guerre pour le climat, pas la guerre avec la vieille gauche (...) Je n'ai jamais voulu participer. Je suis issu d'une primaire citoyenne. Je veux parler aux Français", lui répond le candidat écologiste dans Le Grand Jury de RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche.

"Une gauche qui règle ses comptes"

Plébiscité lors de la primaire écologiste de septembre dernier, le député européen refuse donc toujours de se soumettre à la Primaire populaire, ce dispositif citoyen qui cherche à faire l'union de la gauche pour avoir une candidature unique sur la ligne de départ.

L'élu bruxellois attaque également ses deux concurrentes:

"Il y a une gauche qui règle ses comptes sur le quinquennat Hollande", juge ainsi Yannick Jadot.

Le candidat à la présidentielle fait référence aux très nombreuses passes d'armes qui ont agité le mandat du président socialiste. L'actuelle candidate socialiste a souvent été considérée dans le camp des "frondeurs", ces députés qui se sont fortement opposés à la politique économique de François Hollande.

Christiane Taubira, elle, alors garde des Sceaux, n'a jamais pris publiquement position sur les choix de l'Élysée jusqu'à son départ du gouvernement en 2016.

"S'interroger sur leur bilan"

Le député européen jette également un regard sévère sur le bilan des années Hollande.

"Toutes celles et ceux qui réclament la crédibilité d’avoir géré devraient s’interroger sur leur bilan. Ce n'est pas seulement Macron qui a voulu faire de l'hôpital une entreprise rentable (...). Il faut aussi s'interroger sur l'abandon de l'école. La social-démocratie a montré ses limites ces dernières années", estime Yannick Jadot.

Anne Hidalgo a d'ailleurs été chahutée lors de la manifestation des enseignants ce jeudi. L'édile a été prise à partie par plusieurs manifestants lui reprochant d'être responsable des dégradations de conditions d'enseignement ces dernières années, au-delà donc des difficultés liées à la crise sanitaire.

Le candidat écologiste est crédité de 7% des intentions de vote, en hausse de 2 points, dans le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express.

Marie-Pierre Bourgeois