BFMTV

Présidentielle: David Belliard appelle à une "primaire écolo" intégrant Anne Hidalgo

Anne Hidalgo et David Belliard le 2 juin 2020 à Paris dans l'entre-deux-tours des municipales

Anne Hidalgo et David Belliard le 2 juin 2020 à Paris dans l'entre-deux-tours des municipales - FRANCOIS GUILLOT © 2019 AFP

L'adjoint EELV à la mairie de Paris souhaite éviter un duel Macron-Le Pen au second tour du scrutin, en 2022.

L'adjoint EELV à la mairie de Paris David Belliard a appelé ce vendredi à une primaire "écolo", élargie entre autres à Anne Hidalgo (PS), afin de tenter d'éviter un duel Macron-Le Pen au second tour de la présidentielle de 2022.

"Moi, je ne me satisfais pas du tout d'avoir au deuxième tour de l'élection 2022 un choix, ou plutôt un non choix, entre Emmanuel Macron d'un côté et Marine Le Pen de l'autre, avec un risque cette fois de voir Marine Le Pen accéder au pouvoir", a déclaré l'élu parisien sur Sud Radio.

"Ce que je souhaite, c'est que nous ayons un ou une candidate qui représente le camp des écologistes, des progressistes, des humanistes. Pour ça, il faut choisir", a-t-il poursuivi, en appelant à "élargi(r)" la "primaire du pôle écolo": "faisons une primaire où une candidate comme Anne Hidalgo puisse concourir de façon à ce que nous puissions, nous qui nous retrouvons dans ces valeurs, choisir celui ou celle qui va nous représenter".

"Un nouveau modèle"

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot est le mieux placé pour cela, a estimé David Belliard selon lequel "la demande, l'espoir, se situent plutôt autour de l'écologie politique parce que nous proposons un nouveau modèle pour la suite et notamment pour nos plus jeunes".

Yannick Jadot a annoncé mi-janvier la création de "2022, l'écologie", une "plateforme d'idées" en ligne tournée vers la présidentielle. L'eurodéputé n'est toutefois toujours pas officiellement candidat à la primaire d'EELV programmée pour septembre.

Selon un sondage Ipsos Sopra-Steria pour L'Obs et franceinfo publié mercredi, une candidature commune PS-EELV derrière Anne Hidalgo ou Yannick Jadot pourrait offrir à la gauche un score autour de 16% des voix, au coude-à-coude ou devant le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand.

Le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon est lui crédité de 9 à 10% des intentions de vote, loin devant l'ancien ministre (ex-PS) Arnaud Montebourg (4 à 4,5%).

F.B. avec AFP