BFMTV

Municipales à Paris: Gourault espère un "large rassemblement"... mais ne dit pas qui le MoDem soutiendra

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, le 20 novembre 2019

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, le 20 novembre 2019 - Capture d'écran BFMTV

Depuis des mois, le parti de François Bayrou tarde à exprimer sa préférence pour tel ou tel candidat, à commencer par celui investi par son allié La République en marche, Benjamin Griveaux. Invitée de BFMTV et RMC, la ministre de la Cohésion des territoires, vice-présidente du MoDem, a continué à temporiser.

Quand le MoDem cessera-t-il de tergiverser à Paris? Depuis des mois, le parti de François Bayrou, plus proche allié - notion à nuancer, désormais - de La République en marche, refuse d'indiquer sa préférence parmi les candidats en lice pour les élections municipales dans la capitale. Investi par le mouvement macroniste depuis l'été, Benjamin Griveaux est le premier concerné par cette rétention de soutien. 

Invitée ce mercredi matin de BFMTV et RMC, la ministre de la Cohésion des territoires et vice-présidente du MoDem, Jacqueline Gourault, n'en a pas dit beaucoup plus:

"Le MoDem n'a pas encore pris sa décision. (...) Je souhaite, personnellement, (...) que la décision se prenne bientôt, bien évidemment, (...) parce que le temps passe et je pense que pour gagner Paris, il faut se rassembler."

Un rassemblement jusqu'aux LR "modérés"

Au-delà de ce constat, qui relève de l'évidence, l'ex-sénatrice du Loir-et-Cher reste dans la logique de l'attente. Quand bien même, dit-elle, Benjamin Griveaux est une personnalité qui "a des qualités" et une "volonté politique". Elle a un temps siégé à ses côtés au sein du gouvernement d'Édouard Philippe. Avec François Bayrou, les rapports sont en revanche beaucoup plus orageux.

Très proche du maire de Pau, Jacqueline Gourault appelle par ailleurs à un "large rassemblement" à Paris, qui inclurait LaREM, MoDem et des "LR modérés". Un rassemblement qui, dépendant de ce que l'on met derrière le terme "modéré", est déjà en marche puisque certains élus ex-Les Républicains comme Delphine Bürkli (maire du IXe arrondissement) ont rejoint Benjamin Griveaux. Les maires du XVIIe et du Ve arrondissements, Geoffroy Boulard et Florence Berthout, pourraient être amenés à faire le même choix. 

Dans le champ des possibles, pour le MoDem, il y a un temps eu l'idée d'un "plan B" pour s'extirper du duel fratricide entre Benjamin Griveaux et le candidat LaREM dissident, Cédric Villani. Les noms d'Agnès Buzyn et de Jean-Louis Borloo ont circulé en coulisses de manière fugace. 

Sur quels critères s'appuieront les caciques du MoDem pour choisir leur candidat? Le "bon sens", se limite-t-elle à dire, avant d'ajouter que Benjamin Griveaux "fait partie des gens qui sont des candidats sérieux". Une lapalissade dont le député de Paris devra se contenter pour l'heure.

Jules Pecnard