BFMTV

Municipales à Nice: pourquoi le FN n’y arrive pas

Marie-Christine Arnautu, proche de Jean-Marie Le Pen, est candidate à Nice pour le FN.

Marie-Christine Arnautu, proche de Jean-Marie Le Pen, est candidate à Nice pour le FN. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Malgré un terrain électoral propice, la candidate frontiste ne décolle pas dans les sondages. Un phénomène rendu possible par de multiples facteurs. Explications.

En cette période électorale, le marché de la place de la Libération est naturellement devenu le terrain de jeu des prétendants à la mairie de Nice. "Maintenant, on les collectionne", plaisante une commerçante en recevant un tract de Marie-Christine Arnautu.

Embrassades, poignées de main, l’accueil est chaleureux pour la candidate du Front national. Et à l’en croire, même les quartiers sensibles de la ville lui ouvrent les bras. "On y est très bien reçu. Même si la majorité de la population est issue de l’immigration, elle n’a pas envie d’être assimilée à la poignée de racailles qui sème la terreur en ville", résume-t-elle. 

Malgré tout, un récent sondage n'accorde que 12% des intentions de vote à la candidate. Alors pourquoi le FN ne décolle-t-il pas à Nice ?

> Des divisions à la droite d’Estrosi

La non-exploitation du potentiel frontiste peut notamment s’expliquer par la dispersion des voix. Philippe Vardon, le leader des identitaires niçois a monté sa propre liste, "vexé comme un poux", dixit la candidate FN, d’avoir vu sa demande de carte du parti ne pas aboutir. "Nous sommes nationalistes, les identitaires sont régionalistes. Et c’est un point non négociable", assure-t-elle.

Quant à Jacques Peyrat, ancien maire de la ville, c’est son "égo maladif" qui l’aurait poussé à partir seul au combat. Il aurait ainsi proposé à Marie-Christine Arnautu de la rejoindre…mais en prenant la tête de la liste. Résultat: trois listes idéologiquement proches se retrouvent concurrentes.

>Un parachutage contesté

Le parachutage de Marie Chrsitine Arnautu sur la promenade des anglais n’a pas non plus réjoui tout le monde, y compris parmi les électeurs. "Vous venez d’où vous? De paris? Paris c’est de la merde!" s'exclame l'un d'eux avant de tourner les talons. Une tendance qui reste tout de même minoritaire. Mais la situation ne manque pas d’alimenter les critiques de ses adversaires à la mairie, qui moque cette Parisienne "qui ne connaît rien à Nice".

Autre conséquence: la candidate frontiste demeure une quasi inconnue en ville. En effet, l’accueil favorable des Niçois est en partie dû à Marine Le Pen, qui s’affiche tout sourire sur les tracts de Marie-Chrstine Arnautu.

>Des sujets nationaux au cœur de la campagne

De quoi expliquer le "blocage" des électeurs vis-à-vis du FN lors des élections municipales. A les entendre, les préoccupations portent essentiellement sur l’insécurité et l’immigration, traduites par le sempiternel "y’en a marre". Deux sujets sur lesquels le maire n’a que des compétences réduites, mais surtout deux thèmes dont Christian Estrosi, le maire actuel, s’est emparé il y a bien longtemps.

>Estrosi règne en maître

Dotée du plus grand nombre de policiers municipaux par habitant, ainsi que du plus grand parc de vidéosurveillance de France, Nice a en effet assuré sa réputation de ville sûre. Foutaises, selon Marie-Christine Arnautu, selon qui "un quart des caméras de la ville ne marchent pas".

Plus globalement, Christian Estrosi concentre l’essentiel des critiques frontistes. Des dépenses somptuaires -en temps et en argent- lui assureraient ainsi la popularité qui fait de lui le grandissime favori de l’élection. "Lorsque pendant le carnaval de Nice, une vidéo le mettant en scène est diffusée en boucle, ce n’est pas comptabilisé dans les frais de campagne, mais dans ceux de la mairie", fustige l’un des colistiers de Marie-Christine Arnautu. Sa gestion économique de la ville fait également l’objet de vives critiques: "s’il est réélu, et en l’absence d’opposition forte, Nice est mise sous tutelle dans six ans", affirme la candidate. Sa pensée pourrait d’ailleurs se résumer ainsi: "Christian Estrosi est un menteur, il n’est pas honnête".

>Des raisons d’espérer pour le FN

Malgré toutes ces difficultés, le Front national peut envisager des jours meilleurs à Nice. D’abord, car le parti est pleine progression par rapport à 2008 (il avait réalisé moins de 5%). Ensuite, car les sondages ont traditionnellement du mal à évaluer le vote frontiste. Enfin, car les cadres du parti, jusque-là très discrets, vont enfin se montrer. Le 19 mars, Marine Le Pen viendra en effet soutenir la candidate. Jean-Marie Le Pen , quant à lui, tiendra une réunion publique en sa compagnie le lendemain.

Élections

Les résultats dans votre ville

Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002

Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales

Yann Duvert