BFMTV
Législatives

Législatives: Faure affirme que les candidats dissidents seront exclus du Parti socialiste

Olivier Faure,  le 5 mai 2022 à Ivry-sur-Seine, à l'issue du Conseil national du Parti socialiste.

Olivier Faure, le 5 mai 2022 à Ivry-sur-Seine, à l'issue du Conseil national du Parti socialiste. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Plusieurs figures locales du PS envisagent une candidature dissidente en juin, malgré l'accord national passé avec La France insoumise, EELV et le PCF. "Ils seront exclus du parti", prévient la direction.

Le Conseil national du Parti socialiste a validé ce jeudi l'accord électoral avec La France insoumise pour les élections législatives. Les 300 cadres qui se sont prononcés ont voté massivement en faveur de ce texte avec 167 voix pour, 101 contre et 23 abstentions. Le PS sera donc présent dans 70 circonscriptions, avec des candidats soutenus par le PCF, LFI et EELV.

Pour plusieurs ténors locaux, cet accord national signe la "disparition" du Parti socialiste dans de très nombreux territoires. "J’ai une pensée émue pour les militants socialistes qui étaient désignés par le vote militant", tweetait la veille du vote Rachid Temal, sénateur PS du Val d'Oise, soulignant que son parti n'aura "aucun candidat" dans 507 circonscriptions.

De nouveaux frondeurs?

Dans plusieurs d'entre elles, des membres du Parti socialiste pourraient entrer en dissidence et maintenir leur candidature, prévient Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin. "Les militants n'ayant pas voté, nous n'aurons pas à nous étonner qu'il y ait des candidatures dissidentes", affirme-t-elle.

En Occitanie, Carole Delga, n'exclut pas des candidatures face à des Insoumis, tandis que le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, soutient une candidate "majorité municipale" dans sa ville.

"Ils se sortent d'eux-mêmes du Parti socialiste"

Si les candidats dissidents maintiennent leur candidature, quel sera leur avenir au sein du PS? "Ils seront exclus", prévient Pierre Jouvet, porte-parole du parti.

"Les statuts du Parti socialiste sont très clairs: s'il y a des candidats en dissidence, ils seront exclus du Parti socialiste. Il doit y avoir un message clair: nous voulons le rassemblement, et nous le faisons dans toutes les circonscriptions du pays", affirme-t-il.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, comprend "que certains soient tentés par la dissidence, parce qu'on a tous le sentiment que notre ancrage local nous permet de faire des miracles et de compenser les effets nationaux."

Mais le député de Seine-et-Marne souligne "une réalité": l'élection législative "a aussi un contenu national."

"Je mets en garde celles et ceux qui seraient tentés par la dissidence, parce qu'ils seront balayés par ces candidatures qui vont incarner une espérance aux yeux de tout le monde", prévient Olivier Faure, rappelant comme Pierre Jouvet les statuts du PS.

"Tout candidat qui se présente contre des candidats soutenus par le Parti socialiste se sort de lui-même du Parti socialiste. (...) C'est une application mécanique des statuts", explique-t-il.

Ariel Guez