BFMTV

Législative à Villeneuve-sur-Lot: le FN en embuscade

A gauche sur la photo, Etienne Bousquet-Cassagne, 23 ans, est le candidat du FN à Villeneuve-sur-Lot.

A gauche sur la photo, Etienne Bousquet-Cassagne, 23 ans, est le candidat du FN à Villeneuve-sur-Lot. - -

Quelque 75.000 électeurs sont appelés aux urnes dimanche pour élire le successeur de Jérôme Cahuzac, à Villeneuve-sur-Lot. Un scrutin qui pourrait voir le FN passer devant un PS affaibli.

Dimanche, c’est une législative partielle très observée qui a lieu à Villeneuve-sur-Lot. Il s’agit en effet de désigner le successeur de Jérôme Cahuzac, contraint à la démission après les révélations sur ses comptes bancaires à l'étranger.

Une élection plus que symbolique. Car pour le PS, il s’agit de faire oublier le scandale provoqué par les mensonges de l’ancien ministre du Budget. "Cette affaire a un énorme impact sur cette élection, on ne peut pas le nier", explique Mathias Fekl, député socialiste du Lot-et-Garonne. Les conséquences pourraient d’abord se voir dans l’abstention, redoutée par le PS. Et la visite de Manuel Valls et Stéphane Le Foll en soutien au candidat socialiste Bernard Barral, risque de ne rien y changer.

Un département qui lutte contre la pauvreté

Car le département lutte contre la pauvreté. "Ce sont des problèmes liés principalement à la ruralité, et à la désindustrialisation de la région", explique Mathias Fekl. A Villeneuve-sur-Lot, où vivent de nombreux retraités au mode de vie modeste, le taux de chômage atteint les 11,9%, soit le taux le plus élevé d’Aquitaine.

"Dans un tel contexte, les gens sont tentés par le FN, avoue Mathias Fekl. Ce sera donc à nous de leur montrer qu’ils n’ont aucune solution pour sortir de la crise. Sortir de la PAC [Politique agricole commune] par exemple, c’est de la folie pure." Et la question est cruciale dans un département très agricole, où vivent de nombreux cultivateurs de fruits et légumes.

Le candidat FN "serein et optimiste"

Le candidat du FN Etienne Bousquet-Cassagne, lui, se dit "serein et optimiste". Le second tour, il "y croit. Les échos sont très bons sur le terrain", explique-t-il. Ce jeune commercial de 23 ans qui travaille dans la communication et la publicité, a été choisi par la commission d’investiture à la place de la candidate historique, pour son jeune âge.

Et l’élection, très regardée, ne lui fait pas peur. "Je suis adhérent du FN depuis 2007, je me suis déjà présenté deux fois à des élections. J’ai l’habitude", explique celui qui se décrit comme "un enfant du pays, né à Villeneuve-sur-Lot.

Les circonstances jouent pour lui. "En Aquitaine, c’est dans le Lot-et-Garonne que le FN fait ses meilleurs scores", explique-t-il. Candidat aux législatives de 2012, le jeune homme a obtenu 17,9% des voix, meilleur score de la région. Et Jean-Marie Le Pen avait fait un score de 18,91% lors de la présidentielle de 2002, alors que le FN fait traditionnellement des scores peu élevés dans le Sud-Ouest.

17 candidats

L’implantation du FN n’est pas nouvelle dans le département. Bias, une ville dans les environs de Villeneuve-sur-Lot, a également accueilli un camp de harkis, un électorat traditionnellement proche du FN.

Si le contexte est favorable, c’est aussi la profusion des candidats qui pourrait jouer en faveur du FN. En tout, ils sont 17 à se présenter. Parmi eux, un candidat UMP mais aussi plusieurs candidats divers droite, un candidat écologiste (EELV) et une candidate du Front de gauche.

"Je regrette la dispersion à gauche", affirme Mathias Fekl, alors qu'au FN, on se frotte les mains. "C’est clairement bon pour nous, reconnaît Etienne Bousquet-Chassagne. Les gens ont confondu cette élection avec une présidentielle ou une cantonale. Ils vont grignoter les voix des partis de l’UMP et du PS." Et, peut-être, faire passer le FN au deuxième tour du scrutin.


À LIRE AUSSI

>> Le lot-et-Garonne vote pour désigner le successeur de Cahuzac

>> A Villeneuve-sur-Lot, la difficile gestion de l'après Cahuzac

Ariane Kujawski