BFMTV

EDITO - Manuel Valls dans le collimateur

Jean-François Achilli  Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Jean-François Achilli Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV - -

Après les violences à Paris lundi soir, Manuel Valls traverse sa première grave crise depuis son arrivée au gouvernement.

Il n’a pas décoléré de la journée, le visage fermé, furieux d’avoir été dépassé par la situation. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, aura passé sa journée à tenter d’éteindre l’incendie allumé par les centaines de casseurs la veille au soir place du Trocadéro. Les images de violences urbaines dans la plus belle capitale du monde tournent depuis en boucle. Insupportables à ses yeux, lui qui accuse en privé les médias de souffler sur les braises.

"Il y a un échec, incontestablement", a reconnu Manuel Valls sur TF1 mardi soir, en estimant que le choix du PSG de fêter son titre au Trocadéro était une "erreur". François Hollande, "indigné" selon un responsable de la place Beauvau, a demandé des explications à son ministre. Le président n’avait pas besoin de ça avant sa conférence de presse prévue demain.

Manuel Valls doit-il démissionner?

Bien évidemment, non: imaginez l’instabilité gouvernementale s’il fallait changer de ministre de l’Intérieur à chaque épisode de ce type. Mais Jean-François Copé lui a demandé de limoger Bernard Boucaut, le préfet de police de Paris, sans cela, la question du départ de Manuel Valls sera posée, a menacé le patron de l’UMP. La police nationale et le Paris Saint-Germain sont accusés d’avoir sous-estimé les risques. Les commerçants et les riverains du Trocadéro n’oublieront jamais le repli des CRS à 20h30, qui ont laissé le quartier livré à la violence inouïe des casseurs.

Où était le ministre de l'Intérieur?

Dans le TGV, avec la garde des sceaux Christiane Taubira, de retour d’un déplacement à Lyon sur le bilan - quelle ironie - des ZSP, les Zones de sécurité prioritaire. Manuel Valls s’était même rendu sur les lieux de l’incendie qui a fait trois victimes Roms dans un squat. Mais au lieu de se rendre au Trocadéro dans la nuit, le ministre de l’Intérieur s’est contenté d’un communiqué, parlant de "bousculades et de mouvements de foule", ce qui a provoqué une émeute, cette fois dans les rangs de l’opposition. "On ne peut pas être partout, sur tous les évènements. Le terrain, ce n’est pas que Paris, et il faut faire attention avec le PSG", a confié manuel Valls accusant la droite "d’ajouter de la violence dans le langage".

Au final, il n'y aura pas eu de sanction après ce gâchis?

Le ministre de l’Intérieur a fait en sorte que personne ne… valse. Une enquête de flagrance est ouverte pour retrouver les casseurs à partir des images vidéo. Il y a eu 47 interpellations, il y en aura d’autres. Piqué au vif, Manuel Valls veut des résultats. Lui qui joue son statut de ministre le plus populaire après le fiasco de cette nouvelle bataille du Trocadéro.

||| Jean-François Achilli

Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli