BFMTV

EDITO - Il faut sauver le soldat Moscovici

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV - -

Pierre Moscovici est-il vraiment conforté à la tête de Bercy ? François Hollande lui a renouvelé sa confiance. Le sondage publié dimanche rappelle que les Français veulent du changement.

C'est un curieux portrait animalier qui émane de la garde rapprochée de Pierre Moscovici: "Il a la peau dure, c’est un alligator qui peut mordre, et ses dents sont bien solides". Cette même garde a de quoi être atterrée par cette enquête IFOP publiée par le Journal du Dimanche: 70% des Français jugent sévèrement l’action du patron de Bercy, 64% sont mécontents d’Arnaud Montebourg. Leur cacophonie permanente est visiblement sanctionnée.

Et les Français préfèreraient voir Martine Aubry ou Louis Galois à la tête de Bercy...

Ce sondage est décidément mal venu pour celui qui a reçu un hommage appuyé du chef de l’Etat lors de sa conférence de presse de jeudi dernier. Pierre Moscovici ressort affaibli de trop longs mois de rigueur budgétaire, mais aussi d’une affaire Cahuzac qui – malgré lui - a écorné son image. Le ministre de l’Economie a été soulagé dimanche du renoncement de son ancien ministre du Budget à disputer la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot. Mais Mosco n’en a pas fini avec ce sparadrap puisque le ministre de l’Economie sera entendu par la commission d’enquête parlementaire sur l’action du gouvernement pendant l’affaire.

François Hollande se sent obligé de soutenir celui qui défend sa ligne...

Critiquer Pierre Moscovici reviendrait, pour le chef de l’Etat, à se tirer une balle dans le pied: "Pierre ne fait qu’appliquer ce que François décide, il exécute à la lettre les décisions du président et de son Premier ministre, et tant pis s’il n’est pas populaire", expliquait dimanche soir un des proches du patron de Bercy. Pierre Moscovici sera utile à un François Hollande qui veut imposer son idée de gouvernance économique de la zone euro. C’est pour cela qu’il a salué le travail de son ministre sur la scène internationale.

Pas de remaniement? Bercy peut encore tenir longtemps avec 7 ministres et une ambiance à cran?

Non. La mésentente est réelle, profonde entre Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici, même si les rancœurs ont été remisées de façon provisoire. Montebourg, c’est le refus de l’austérité qui séduit la gauche de la gauche. Moscovici incarne la ligne sociale-démocrate élyséenne. La fenêtre de tir idéale pour changer les têtes de Bercy reste inchangée: entre le Conseil européen des 27 et 28 juin et le Congrès de Versailles en juillet. François Hollande pourra abattre sa carte à tout moment.

||| Jean-François Achilli

Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli