BFMTV

Discours de Manuel Valls: l'UMP évoque un "vide sidéral"

Sur le banc de l'Assemblée nationale, Manuel Valls écoute les critiques de l'opposition.

Sur le banc de l'Assemblée nationale, Manuel Valls écoute les critiques de l'opposition. - -

L'autorité de Manuel Valls est déjà "profondément atteinte" par le "rétrécissement" de sa majorité, a estimé mardi le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, en répondant à la déclaration de politique générale du Premier ministre à l'Assemblée. Plus généralement, l'UMP porte son attaque sur presque tous les points évoqués par le nouveau Premier ministre.

Manuel Valls a prononcé son discours de politique générale mardi, à l'Assemblée nationale. En réponse, l'UMP a tiré à boulets rouges sur le bilan de François Hollande. Florilège.

> Jacob conteste "l'autorité déjà atteinte" du nouveau Premier ministre

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a été le premier à répondre au discours de Manuel Valls. Il a d'emblée contesté "l'autorité déjà atteinte" de Manuel Valls. "Vous engagez formellement la responsabilité de votre gouvernement. Mais celui qui conduit et détermine réellement la politique de la Nation, c'est François Hollande. Vous nous permettrez donc, et votre orgueil légendaire dût-il en souffrir, de nous interroger sur votre autorité", a-t-il lancé.

Puis, pointant les propres divisions des socialistes: "Oui, Monsieur le Premier ministre, votre autorité est atteinte, elle est atteinte au cœur par la dissidence qui s'organise au groupe socialiste".

Christian Jacob s'est aussi amusé de retrouver à des postes clés du gouvernement "madame Royal et monsieur Sapin dans les responsabilités qu'ils occupaient tous les deux il y a un quart de siècle".

> Michèle Tabarot: "Deux années perdues pour la France"

La secrétaire générale de l'UMP Michèle Tabarot, a, pour sa part, fait savoir par communiqué que ce discours était "d’abord l’aveu que les deux années du gouvernement Ayrault ont été des années perdues pour la France". Elle a notamment reproché au gouvernement d'avoir "supprimé la TVA sociale en 2012", alors qu'il prône aujourd'hui une baisse des charges pour les entreprises à travers le pacte de responsabilité. Quant à la volonté de supprimer les conseils départementaux en 2021, il s'agit "d'une mesure radicale" et "inutile" si le gouvernement n'avait précédemment "abrogé la création du conseiller territorial".

> Valérie Pécresse dénonce "le vide sidéral" de ce discours

La députée des Yvelines Valérie Pécresse a dénoncé via Twitter, le "vide sidéral de la pensée socialiste en matière économique".

Le discours de politique générale de Manuel Valls illustre le vide sidéral de la pensée socialiste en matière économique...
— Valérie Pécresse (@vpecresse) 8 Avril 2014

L'ancienne ministre UMP du Budget ne s'est pas non plus privée de pointer l'absence, selon elle, "de réflexion, ni proposition dans le discours de Manuel Valls sur comment recréer de l'emploi en France".

Aucune réflexion ni proposition dans le discours de Manuel Valls sur comment recréer de l'emploi en France
— Valérie Pécresse (@vpecresse) 8 Avril 2014

> Nathalie Kosciusko-Morizet ironise avec la tapisserie de Pénélope

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne et candidate battue à la mairie de Paris, "Manuel Valls a promis de faire ce que Hollande n'avait pas fait, et de défaire ce qu'il avait mal fait". NKM mentionne aussi le hashtag #Pénélope, évoquant ainsi la fameuse tâpisserie sans cesse recommencée.

#Valls a promis de faire ce que Hollande n'avait pas fait, et de défaire ce qu'il avait mal fait. #Penelope
— N. Kosciusko-Morizet (@nk_m) 8 Avril 2014
David Namias