BFMTV

Deux ministres roumains à Paris mercredi pour discuter des Roms

BFMTV
PARIS (Reuters) - Deux secrétaires d'Etat roumains seront mercredi et jeudi à Paris pour y rencontrer leurs homologues français au moment où les...

PARIS (Reuters) - Deux secrétaires d'Etat roumains seront mercredi et jeudi à Paris pour y rencontrer leurs homologues français au moment où les relations entre Paris et Bucarest sont tendues par la décision de la France d'accélérer le démantèlement des camps de Roms, qui sont renvoyés chez eux.

Dan Valentin Fatuloiu, secrétaire d'Etat à la Sécurité publique, et Valentin Mocanu, secrétaire d'Etat chargé de l'insertion des Roms, rencontreront le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, le ministre de l'Immigration, Eric Besson, et le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche.

D'après le ministère français des Affaires étrangères, la rencontre portera sur la lutte contre les réseaux criminels et la réinsertion sociale des personnes expulsées vers la Roumanie.

La France, qui a démantelé une centaine de camps illégaux de Roms et multiplie les renvois en Roumanie, suscitant une réprobation de plus en plus large des milieux catholiques, de l'opposition de gauche mais aussi d'une partie de la droite, souhaite que Bucarest mobilise "les crédits européens dont bénéficie ce pays pour les populations défavorisées".

Dans une tribune publiée mardi dans Le Figaro, Pierre Lellouche demande "qu'une partie substantielle des aides européennes (20 milliards d'euros pour la Roumanie de 2007 à 2013) (...) soient directement affectées" à l'amélioration de l'intégration et les conditions de vie des Roms.

"Nous comptons sur la Roumanie et la Bulgarie pour qu'elles prennent leurs responsabilités à l'égard de leurs propres citoyens car, avant la liberté de circuler d'un pays à l'autre de l'Union européenne, il y a le devoir pour chaque Etat membre d'assurer la protection et l'intégration de ses propres ressortissants", ajoute Pierre Lellouche.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, avait brandi mi-août la menace d'un report de l'entrée de la Roumaine et de la Bulgarie dans l'espace de libre circulation de Schengen, prévue en mars 2011, si ces deux pays n'intégraient pas davantage leurs communautés roms.

Le ministre roumain des Affaires étrangères, Teodor Baconschi, avait alors haussé le ton, déclarant à RFI Roumanie "espérer que la loi ait été respectée pour toutes les expulsions de Roms" et mettant Paris en garde contre la "stigmatisation d'un groupe ethnique" et les "expulsions collectives".

Pierre Lellouche et Eric Besson se rendront en Roumanie en septembre "pour poursuivre le travail de concertation et examiner l'état d'avancement de ces différents projets", ajoute le ministère français des Affaires étrangères.

Vincent Chauvet, édité par Yves Clarisse