BFMTV

"Des choses se sont passées que nous ne savons pas": les doutes de Macron sur la gestion du virus en Chine

Dans un entretien accordé au Financial Times, le président de la République estime qu'il existe des zones d'ombres dans la gestion de l'épidémie par les autorités chinoises.

"Nous nous embarquons dans l'impensable". Emmanuel Macron a accordé un long entretien publié ce jeudi dans le Financial Timesdans lequel il revient notamment sur la gestion par la Chine du nouveau coronavirus au tout début de la crise sanitaire, désormais mondiale.

"N'ayons pas une espèce de naïveté qui consiste à dire que (la gestion de l'épidémie par la Chine, ndlr) c'est beaucoup plus fort. On ne sait pas. À l'évidence, des choses se sont passées là-bas que nous ne savons pas", confie le président de la République. "Je ne sais pas si nous sommes au début ou au milieu de la crise, nul ne sait. Il y a beaucoup d'incertitude et ça devrait nous appeler à la modestie", ajoute Emmanuel Macron, alors que le Royaume-Uni a averti jeudi la Chine qu'elle devrait répondre à des "questions difficiles" sur la gestion du virus.

Un fonds d'urgence pour soutenir les pays européens les plus touchés 

Emmanuel Macron confie au ignorer "si nous sommes au début ou au milieu de cette crise" qui changera la nature de la mondialisation et la structure du capitalisme international. "Nous sommes tous confrontés au besoin profond d'inventer quelque chose de nouveau, car c'est tout ce que nous pouvons faire", confie le président.

Il souhaite notamment que l'Union européenne lance un fonds d'urgence "de centaines de milliards d’euros" selon le Financial Times et par lequel les pays d'Europe du Nord pourraient aider les pays européens les plus touchés par la pandémie, à savoir l'Italie et l'Espagne, qui comptent plusieurs dizaines de milliers de morts liés au Covid-19.

"Nous sommes dans un moment de vérité où nous devons décider de si l'Union européenne est un projet politique ou un projet de marché. Je crois que c'est un projet politique. Nous avons besoin de transferts économiques et de solidarité, c'est à cette condition que l'Europe tiendra", estime le chef de l'État, qui souhaite par ailleurs un moratoire immédiat des pays les plus riches du globe sur la dette africaine. 

Emmanuel Macron espère que par cette crise émergeront des actions multilatérales et solidaires pour aider les pays les plus touchés et les plus démunis face à la pandémie. Mais il n'exclut pas que la récession économique, la fermeture des frontières et la baisse de confiance des peuples en la démocratie puissent aussi survenir. 

"Il n'y a aucun précédent à cela dans notre Histoire"

Reste qu'il n'y a pas de comparaison à faire, selon lui, entre les démocraties occidentales "où l'information est libre et les citoyens peuvent critiquer leur gouvernement" et les régimes autoritaires "où la vérité n'existe plus".

"Nous avons stoppé la moitié de la population mondiale pour sauver des vies, il n'y a aucun précédent à cela dans notre Histoire", constate Emmanuel Macron, qui admet néanmoins qu'il est encore trop tôt de savoir quelle sera l'issue de cette crise mondiale.

"Je n'ai jamais rien imaginé car je me suis toujours placé dans les mains du destin. Il faut se rendre disponible à sa destinée... C'est donc là où je me trouve, prêt à me battre et à défendre ce en quoi je crois tout en demeurant capable d'essayer de concevoir ce qui semblait impensable", confie enfin le chef de l'État. 
Hugues Garnier avec AFP