BFMTV

Derrière l'arrêt des Guignols, une manœuvre de Sarkozy?

Nicolas Sarkozy a démenti être à l'origine de la fin des Guignols.

Nicolas Sarkozy a démenti être à l'origine de la fin des Guignols. - AFP

Nicolas Sarkozy est-il vraiment responsable de l'arrêt des Guignols de Canal+? L'entourage du président de l'UMP dément.

L'ombre de Nicolas Sarkozy plane-t-elle sur la suppression annoncée des Guignols de l'info? Selon plusieurs médias, l'arrêt programmé de l'émission satirique de Canal+ aurait une origine politique. Derrière la décision de Vincent Bolloré, patron de Vivendi, se cacherait Nicolas Sarkozy, dont il est proche – l'image des vacances passées sur le yacht de Vincent Bolloré reste une image marquante du quinquennat. Selon L'Obs, Nicolas Sarkozy serait "en boucle" sur le sujet: Les Guignols seraient selon ses dires un programme "ringard", une émission "de merde".

Chez les proches de l'émission, on a peu de doutes: "ça fait un an que Sarkozy est derrière tout ça et qu'ils veulent démolir Les Guignols", glisse un ancien. " Ça vient de Sarkozy", affirme Benoît Delépine, ancien auteur, dans Le Soir. Et si le président des Républicains souhaite le faire maintenant, c'est parce que, selon lui, "c'est le genre de choses qu'ils ne pourraient pas faire l'année prochaine, parce que là ça se verrait trop, et ce serait un peu trop énorme (…)".

Valls défend "l'impertinence" des émission satiriques

Dans l'entourage de l'ancien président, on dément formellement. "C'est grotesque et ridicule. Nicolas Sarkozy n'est jamais intervenu de quelque manière que ce soit dans ce dossier", dit son entourage, cité par Le Monde. On rappelle également qu'il avait dit en 2007 "préférer l'excès de caricature à l'absence de caricature".

En attendant, l'ambiance est électrique. Mercredi soir, Pierre Lescure, ex-patron de Canal+ et figure emblématique de la chaîne, a manifesté son mécontentement en annonçant qu'il démissionnait du conseil de surveillance d'Havas, détenu par le groupe Bolloré. Plusieurs responsables politiques ont également exprimé leur soutien à l'émission. Manuel Valls lui-même a défendu "l'impertinence" des émission satiriques, dont "nous avons toujours besoin".

Canal+ et Vivendi se sont refusés à tout commentaire, mais, selon plusieurs sites d'information, le sort des Guignols pourrait être scellé lors d'une réunion vendredi des actionnaires du groupe.

A. K.