BFMTV

Départ annoncé de Ferrand du gouvernement: "Tout sauf une sanction" pour Griveaux

Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche (LREM) et député élu à Paris, était l'invité de BFMTV ce lundi soir. Il a assuré que le départ de Richard Ferrand du gouvernement pour être candidat à la présidence du groupe LREM à l'Assemblée nationale n'était pas une sanction.

Embourbé depuis quelques semaines dans une polémique née autour d'opérations immobilières alors qu'il était directeur des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand a tout de même été réélu dans la 6e circonscription du Finistère ce dimanche. Ce lundi, à l'issue d'une rencontre avec le président de la République, on a appris que l'actuel ministre de la Cohésion des territoires allait céder son portefeuille pour briguer la présidence du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale.

Ferrand sera élu à la présidence du groupe "à n'en pas douter"

Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche et député élu à Paris ce dimanche, a réagi à la nouvelle au micro de Ruth Elkrief ce lundi soir sur notre antenne. "C'est tout sauf une sanction", a-t-il assuré, ajoutant que la présidence de ce groupe parlementaire s'annonçait comme le "poste le plus stratégique" du fait de la place importante qu'il va occuper dans l'hémicycle.

Il fallait "un homme d'expérience au Parlement" pour endosser ce rôle, a ensuite précisé Benjamin Griveaux, qui a rappelé que Richard Ferrand avait notamment été le rapporteur de la loi Macron lors de la législature précédente. Le jeune député a également fait observer que Richard Ferrand était "un homme de confiance" du président de la République qu'il a été l'un des premiers à soutenir politiquement. "Il sera candidat à la présidence du groupe et il sera élu à n’en pas douter", a-t-il encore noté. 

Peu avant qu'Edouard Philippe ne présente la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron (l'information est tombée aux alentours de 20h lundi), Benjamin Griveaux a prévenu qu'il ne faudrait pas s'attendre à un "grand chamboulement" lors du remaniement. "Le soutien apporté à nos députés montre que le choix de ce premier gouvernement conduit par Edouard Philippe est le bon choix", a-t-il posé. 

Pour finir, l'élu a évoqué son cas personnel alors qu'il se dit qu'il pourrait devenir le président d'"En marche!": "Ce sera une décision collective pour savoir comment ce mouvement crée autour d’Emmanuel Macron et qui a conquis le pouvoir, va vivre, changer se transformer pour être différent des autres. Il faut qu’il reste un mouvement ouvert sur la société civile."

Robin Verner