BFMTV

Contre Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin persiste et signe

Dominique de Villepin a de nouveau contesté mardi la légitimité de l'action du chef de l'Etat. "Nicolas Sarkozy n'est pas mon problème, il est un des problèmes de la France ce qui veut dire que nous ne sommes plus dans le temps de l'anti-sarkozysme, nous

Dominique de Villepin a de nouveau contesté mardi la légitimité de l'action du chef de l'Etat. "Nicolas Sarkozy n'est pas mon problème, il est un des problèmes de la France ce qui veut dire que nous ne sommes plus dans le temps de l'anti-sarkozysme, nous - -

PARIS (Reuters) - Loin d'adoucir ses critiques à l'égard de Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin a de nouveau contesté mardi la légitimité de...

PARIS (Reuters) - Loin d'adoucir ses critiques à l'égard de Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin a de nouveau contesté mardi la légitimité de l'action du chef de l'Etat.

L'ancien Premier ministre a provoqué un tollé dans les rangs de la majorité en déclarant dimanche que Nicolas Sarkozy était "l'un des problèmes de la France".

"Nicolas Sarkozy n'est pas mon problème, il est un des problèmes de la France ce qui veut dire que nous ne sommes plus dans le temps de l'anti-sarkozysme, nous sommes au-delà du sarkozysme", a-t-il persisté mardi sur France Info.

"Qu'il y ait une longue histoire entre Nicolas Sarkozy et moi c'est vrai", a reconnu Dominique de Villepin, qui a accusé le chef de l'Etat de vouloir sa perte lors du procès des faux listings de la société Clearstream où il est soupçonné d'avoir couvert une manipulation visant à nuire à Nicolas Sarkozy.

"En 1997, Nicolas Sarkozy était au fond du trou, je lui ai tendu la main. En 2001, personne n'en parlait pour jouer un rôle important, je fais en sorte qu'il puisse revenir dans l'équipe gouvernementale. En 2005, je l'ai pris dans mon gouvernement", a-t-il souligné. "Vous voyez: je n'ai pas de gages à donner dans ma relation avec Nicolas Sarkozy."

Selon Dominique de Villepin, "la seule question qui se pose aujourd'hui c'est: Nicolas Sarkozy sert-il les intérêts de la France?"

"Je ne remets pas en cause son élection - il sera en fonction bien sûr jusqu'en 2012 - ce que je remets en cause c'est la légitimité de l'action conduite par Nicolas Sarkozy. Est-ce que cela correspond à l'intérêt général", a-t-il insisté.

"Ce qui est en cause c'est le sentiment d'injustice au sortir de la réforme des retraites, c'est la confusion au sommet de l'Etat", a-t-il attaqué.

"Nous voyons depuis trois mois (...) la France qui s'épuise dans la perspective d'un remaniement, de querelles de la majorité qui ne nous grandissent pas. Mon sentiment c'est qu'il n'y aura pas de second souffle dans le quinquennat, tout cela vient trop tard", a déploré l'ancien Premier ministre.

Laure Bretton