BFMTV
Politique
Alerte info

Christiane Taubira annonce officiellement sa candidature à l'élection présidentielle

L'ex-garde des Sceaux de François Hollande a mis fin à l'attente ce samedi, annonçant qu'elle se portait candidate à la présidentielle.

Elle avait promis de clarifier sa position à la mi-janvier, c'est désormais chose faite. Christiane Taubira a annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle ce samedi, lors d'un rassemblement militant pour l'union de la gauche, dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Un choix symbolique en clin d'oeil aux Canuts, les anciens ouvriers de ce quartier de la soie.

"J’honore, comme prévu, le rendez-vous fixé mi-janvier", a-t-elle débuté. "Nous sommes ici parce que le pays s’interroge. Sur l’ensemble du territoire, dans l’Hexagone, les outre-mer, je vois, j’entends les colères face aux inégalités, aux injustices, aux discriminations, sur lesquelles parfois viennent se poser des paroles de mépris", a-t-elle poursuivi, revenant longuement sur ses déplacements ces dernières semaines.

"Je me déclare candidate à l'élection présidentielle", a-t-elle finalement annoncé. "Je m'engage auprès de vous car je partage votre aspiration à un autre mode de gouvernement."

L'ex-garde des Sceaux de François Hollande, connue notamment pour la loi reconnaissant l'esclavage comme un crime contre l'humanité et son combat pour l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, a ainsi mis un terme à l'attente qu'elle avait suscité chez une partie des électeurs de gauche le 17 décembre, lorsqu'elle a annoncé "envisager" d'être candidate, face à "l'impasse" d'une gauche fragmentée.

Sa déclaration intervient dans un week-end politique bien rempli: sa rivale Anne Hidalgo non loin à Villeurbanne, Valérie Pécresse en Grèce sur le contrôle des migrants, vidéo de Marine Le Pen au Louvre, Eric Zemmour à Château-Thierry ou encore Jean-Luc Mélenchon à Nantes.

Candidate à la primaire populaire

Christiane Taubira a par ailleurs de nouveau promis de se soumettre à l'initiative citoyenne de la primaire populaire, une "investiture" par des électeurs de gauche -120.000 inscrits pour voter-, quel que soit le résultat.

Même si ses soutiens font mine de croire que rien n'est gagné, elle part favorite de cette consultation, d'autant que les autres candidats de gauche dont les noms seront aussi proposés à ce scrutin samedi, ont tous refusé de s'y soumettre, Anne Hidalgo (PS) en tête. La maire de Paris doit s'exprimer en début d'après-midi pour réagir à la déclaration de Christiane Taubira.

Justice sociale et écologie

L'ancienne ministre de la Justice a ensuite énoncé les grandes orientations et mesures de son programme présidentiel. Elle a ainsi assuré vouloir se concentrer sur "l'émancipation de la jeunesse" en créant un "revenu de 800 euros pendant cinq ans" à destination des étudiants.

Deuxième axe de son projet: la justice sociale. L'ancienne députée de Guyane a annoncé sa volonté d'augmenter le SMIC à 1400 euros nets. Elle promet aussi de convoquer une "conférence sur les salaires" et de défendre un gouvernement "qui sache dialoguer au lieu de moraliser et de caporaliser".

"La justice sociale, c’est aussi notre système de santé publique qui est à bout de souffle. Après avoir fermé et de supprimé des milliers de lits aujourd’hui, on ferme des services, faute de soignants et de soignants qui ont été tellement maltraités si longtemps", a aussi constaté Christiane Taubira. Elle veut donc "recruter 100 000 soignants et les rémunérer correctement, dignement, à la hauteur les meilleurs [salaires] de nos partenaires européens" et mettre fin à la tarification à l’acte à l'hôpital.

Son troisième axe de campagne sera l'écologie, "l'affaire du siècle". La nouvelle candidate souhaite ainsi une TVA à taux zéro pour les produits issus de l’agriculture biologique au niveau européen.

Cyrielle Cabot avec AFP Journaliste BFMTV