BFMTV

Heurts après la défaite du PSG: les mineurs interpellés sont-ils non accompagnés comme l’affirme Nadine Morano ?

Nadine Morano, députée européenne "Les Républicains" était invité sur BFMTV dans l'émission "22h Max"

Nadine Morano, députée européenne "Les Républicains" était invité sur BFMTV dans l'émission "22h Max" - Brightcove

L'eurodéputée LR Nadine Morano, invitée sur BFMTV, a mis en cause les "mineurs non accompagnés" après les violences qui ont marqué la soirée de la finale de la Ligue des champions, perdue par le PSG.

Après les violences qui ont émaillé la soirée de dimanche soir à Paris, Nadine Morano a mis en cause les "mineurs non accompagnés". L'eurodéputée LR, invitée sur le plateau de BFMTV, a évoqué "des mineurs non accompagnés qui commettent des actes délictuels". "Je considère (qu'on) doit stopper ce trafic de jeunes et les renvoyer dans leurs pays d'origine", a-t-elle déclaré.

La soirée de la finale de la Ligue des champions ce dimanche, qui a vu la défaite du Paris Saint-Germain face au Bayern Munich, a en effet été marquée par des heurts violents entre les forces de l’ordre et des groupes de jeunes massés sur l'avenue des Champs-Elysées et aux abords du stade du Parc des Princes. Des voitures ont été incendiées et plusieurs magasins ont été vandalisés. Plus de 150 personnes ont été interpellées au cours de la soirée.

47 mineurs en garde à vue

Selon nos informations, 47 mineurs ont été placés en garde à vue après les incidents de la nuit du 23 au 24 août. Les dossiers des mineurs en garde à vue sont étudiés par un juge pour enfant et répartis dans les juridictions compétentes, selon leur lieu d'habitation. Outre les cas des mineurs résidant à Paris intra-muros, le parquet de Paris conserve également les dossiers des mineurs non accompagnés qui vivent principalement dans la capitale.

Le parquet de Paris est aujourd'hui compétent pour 17 mineurs et, parmi eux, onze sont des mineurs non accompagnés. Ils représentent donc moins d'un quart des mineurs placés en garde à vue. Quatre procédures ont, à cette heure, été classées sans suite, tandis qu'une dizaine de gardes à vue ont été prolongées.

J. B.