BFMTV
Politique

Cambadélis: "pas impossible" que le PS change de nom

Jean-Christophe Cambadélis à l'université d'été du PS de La Rochelle, le 30 août 2015.

Jean-Christophe Cambadélis à l'université d'été du PS de La Rochelle, le 30 août 2015. - François-Xavier Leoty - AFP

Jean-Christophe Cambadélis a affirmé lundi matin, que le PS allait "se refonder, se restructurer", indépendamment du résultat des élections législatives. Répondant à une question, il a assuré qu'il n'était pas "impossible" que le Parti socialiste change de nom.

Le Parti socialiste, en pleine refonte après l'échec de Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle, pourrait changer de nom. Interrogé lundi matin sur l'antenne de France Inter sur ce possible changement de patronyme du parti, Jean-Christophe Cambadélis le premier secrétaire du PS a assuré que cela n'était pas exclu: "Changer de nom? Ce n'est pas impossible. On le décidera", tout en ajoutant que le Parti aller évoluer et se "restructurer", quelque soit le résultats des élections législatives.

"Le PS va se refonder, se restructurer, et je serai au milieu de ce travail. Je pense qu'il faut réfléchir un peu plus longuement sur ce qui se passe par rapport à tous les courants progressistes en Europe: il y a peut être une reformulation du progressisme à inventer", a-t-il dit sur la radio publique.

"Nous ferons plus qu'à la présidentielle"

Il a également annoncé envisager quitter le siège historique du PS, rue de Solférino dans le VIIe arrondissement de Paris: "À Partir du moment où vous changer, on change tout. Je pense qu'il faudra avancer dans ce sens, il faudra marquer une nouvelle époque", a t-il affirmé, tout en estimant prématurée l'organisation d'un congrès du parti.

Devancé par En marche! et Les républicains dans les intentions de vote pour les élections législatives, le Parti socialiste s'attend à perdre la majorité de ses députés à l'Assemblée nationale: "Il faudra qu'à l'Assemblée nationale les valeurs de justice sociale soient portées. Nous sommes dans 577 circonscriptions, et nous ferons plus qu'à la présidentielle", a assuré Jean-Christophe Cambadélis.

G.D.