BFMTV

Câlinothérapie socialiste à l’Assemblée

Les Coulisses de la Politique, de Jean-François Achilli, du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC

Les Coulisses de la Politique, de Jean-François Achilli, du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC - -

Les socialistes ont le blues. Jean-Marc Ayrault et une partie de son gouvernement se sont expliqués lundi après-midi avec le groupe PS lors d’un séminaire à l’Assemblée. Pour remettre un peu de « cohérence » - c’était le mot du jour – au sein de la majorité.

« On a fait dégorger les escargots », raconte un député de l’ancienne génération, l’exécutif et la direction du parti savaient qu’ils allaient passer un mauvais quart d’heure. Première préconisation du groupe PS : les ministres doivent dire « bonjour ». Les députés en ont marre d’une certaine forme d’arrogance. Et, résultat de cette demande surprenante, tout le monde plaisantait dans l’hémicycle lors du vote sur la guerre au Mali qui a suivi le séminaire, et se disait « bonjour » à tout bout de champ.

Autre demande des députés : les ministres doivent répondre à leurs courriers…

Cela peut paraître dérisoire, certains ne le font jamais, ce qui est une gêne quand les élus reviennent bredouilles dans leurs circonscriptions. Les mécontents ont également reproché au gouvernement son manque de cohérence. Tous ont râlé sur la une du Monde publié hier après-midi, avec l’interview de Vincent Peillon sur son enseignement de la morale laïque. « La journée était consacrée à notre séminaire et au vote sur le Mali, pourquoi ouvrir un nouveau sujet, il y en a marre que chacun fasse dans son coin », ont pesté plusieurs députés.

La critique visait Jean-Marc Ayrault, à qui il est reproché de ne pas mettre de l’ordre dans son gouvernement…

Mais aussi de ne pas donner de cap clair à son action. En contrepartie, le Premier ministre a demandé à ses troupes un peu d’autodiscipline. Certains parlementaires ont émis pour leur part le désir de rencontrer François Hollande. « Cela fait 18 mois que je ne l’ai pas vu, et entretemps il est devenu président », a regretté le député du Gers Philippe Martin. Problème, « Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Élysée », a promis François Hollande. Il va lui falloir trouver un lieu plus discret.

Harlem Désir en a également pris pour son grade ?

Le Premier secrétaire, qui a le cuir tanné, en a l’habitude. Jean-Paul Bacquet, député socialiste du Puy-de-Dôme, lui a lancé : « on est content de te voir aujourd’hui, mais tu sais, tu peux venir à chaque réunion de groupe ». Au final, selon une formule entendue à la sortie, « on s’est accordé sur la forme pour ne pas avoir à discuter du fond ». Le séminaire va se poursuivre ce matin lors de la réunion du groupe PS. Nous sommes à dix jours du premier anniversaire de l’élection de François Hollande. Les Socialistes sont tellement heureux, qu’ils ne savent pas comment fêter l’évènement et qu’ils n’ont rien prévu.

Ecoutez ici les Coulisses de la Politique de Jean-François Achilli de ce mardi 23 avril.

Jean-François Achilli|||

Directeur de la Rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli

Jean-François Achilli