BFMTV

"Ça me conforte dans mon analyse": Zemmour se félicite des résultats favorables d'un sondage

Une nouvelle enquête d'opinion place le polémiste d'extrême droite en capacité de se qualifier au second tour de la prochaine présidentielle.

Nouveau soubresaut politique. Selon un sondage Ipsos réalisé pour Le Monde, le Cevipof et la Fondation Jean-Jaurès, dévoilé ce vendredi, Éric Zemmour pourrait être en capacité de se qualifier au second tour de la présidentielle de 2022 face à Emmanuel Macron. Le polémiste d'extrême droite, déjà condamné pour incitation à la haine raciale, est crédité dans cette enquête d'opinion de 16% à 16,5% d'intentions de vote selon la configuration testée, d'une courte tête devant Marine Le Pen (entre 15 et 16%).

Face à la presse, l'ancien journaliste du Figaro et de CNews, candidat putatif à la magistrature suprême qui mène une campagne qui ne dit pas son nom, a réagi ce vendredi en saluant un score qui le "conforte dans (son) analyse".

Zemmour se targue d'allier électorats populaire et bourgeois

"Ça fait des semaines que je dis 'la seule chance de battre Emmanuel Macron, c'est l'alliance entre la bourgeoisie patriote et les classes populaires'", croit-il savoir.

"Dans les chiffres, c'est très évocateur, je suis le seul à avoir un tiers d'électorat de la classe populaire et un tiers de la bourgeoisie. Marine Le Pen n'a que des classes populaires, elle est enfermée dans une sorte de ghetto ouvrier et chômeur, qui sont des gens tout à fait respectables et importants, mais elle ne touche pas les CSP+ et la bourgeoisie, tandis que LR n'a aucun électeur populaire", estime Éric Zemmour.

"C'était ça l'enjeu pour moi depuis un mois et ce sondage démontre la pertinence de mon analyse", admet celui qui veut "choisir son moment" pour déclarer sa candidature.

Un premier sondage donnait déjà le polémiste au second tour

Il s'agit du second sondage qui place Éric Zemmour en capacité d'être finaliste de la prochaine présidentielle. La première enquête, réalisée par Harris et dévoilée le 6 octobre, créditait Éric Zemmour de 17 à 18% d'intentions de vote en fonction des différentes configurations.

Une enquête qui avait pu être critiquée en raison de l'échantillon, composé de 1310 personnes. Le sondage réalisé par Ipsos repose quant à lui sur les réponses de 16.228 individus, générant de fait une plus faible marge d'erreur.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV