BFMTV

Bouches-du-Rhône: Vassal annonce la réduction de 20% du train de vie des élus

La présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, (Les Républicains) a annoncé jeudi, lors de ses voeux à la presse, une baisse de 20% du train de vie des élus départementaux des Bouches-du-Rhône - Jeudi 14 janvier

La présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, (Les Républicains) a annoncé jeudi, lors de ses voeux à la presse, une baisse de 20% du train de vie des élus départementaux des Bouches-du-Rhône - Jeudi 14 janvier - Bertrand Langlois - AFP

Après avoir repris le flambeau de l'ex-PS Jean-Noël Guérini, la nouvelle présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône a décidé de réduire le train de vie des élus de 20%.

La présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, (Les Républicains) a annoncé jeudi, lors de ses voeux à la presse, une baisse de 20% du train de vie des élus départementaux des Bouches-du-Rhône.

"Repenser la façon de faire de la politique"

"Le temps de dépenser sans compter est révolu", a indiqué la présidente qui a succédé en mars 2015 à l'ex-PS Jean-Noël Guérini, qui était à la tête du département depuis 1998. "L'héritage est difficile à gérer", a déclaré Mme Vassal qui veut "repenser la façon de faire de la politique" en promouvant "des pratiques différentes" basée sur "l'équité et la transparence".

Faisant le bilan de dix mois d'action, Martine Vassal a présenté les "quatre grandes orientations" de la nouvelle majorité départementale, "l'exigence sociale, une attractivité économique renforcée, un aménagement équilibré des territoires et la jeunesse". 

Une restriction pour la bonne cause

"Nous assumons ne pas vouloir augmenter les impôts", a ajouté Martine Vassal. 

En contrepartie "des efforts seront faits pour maîtriser les dépenses et cela commencera par une baisse de 20% de notre train de vie", a-t-elle dit sans donner de détails. Interrogée sur les subventions aux associations, souvent accusées du temps de son prédécesseur d'être octroyées pour alimenter le clientélisme, Martine Vassal a précisé que "les associations ne répondant pas aux critères d'attribution n'auront plus de subventions".

A.-F. L. avec AFP