BFMTV

Borloo : « Dans 5 ans, un autre rapport à l’automobile »

BFMTV

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Environnement et du Développement Durable, est revenu sur les avancées en matière de véhicules propres.

Guillaume Cahour : En France, nous avons des entreprises qui sont en train de développer ces moteurs du futur : Dassault, Bolloré sur des voitures électriques, MCI qui est une société niçoise qui a conçu une voiture à air comprimé. Est-ce qu'on peut imaginer que la France soutienne peut-être financièrement ces voitures-là, pour qu'elles arrivent plus rapidement sur le marché ?

Jean-Louis Borloo : C'est ce que l'on fait. Quand on fait le Bonus/Malus écologique, en fait c'est aux constructeurs que l'on parle ; on leur dit de ne pas se tromper, là où ils doivent investir massivement demain c'est la voiture électrique, à air comprimé ou éventuellement la voiture hydrogène. Je rappelle que Peugeot est le premier groupe mondial à avoir lancé la voiture électrique à l'époque, et ça avait été un flop, il y a 20 ans. Les ingénieurs et entreprises françaises ont alors dit que le marché n'était pas en place. C'est le Bonus/Malus qui a créé le marché. Je suis convaincu que maintenant ça va aller à une vitesse folle, et qu'en zone urbaine et dans des sites relativement étroits en termes de distance, c'est une question de quelques gros semestres. Je suis convaincu que l'on n'aura plus du tout les mêmes automobiles et le même rapport à la voiture dans 5 ans au maximum.

Guillaume Cahour : Est-ce que vous pensez que ces trois entreprises-là peuvent devenir des fleurons de l'industrie française, puisque la demande en voitures propres et qui ne consomment plus de pétrole est quelque chose qui se mesure à échelle mondiale ?

Jean-Louis Borloo : Absolument. Celle de Bolloré sera prête à la fin de l'année, celle de Dassault on ne sait pas exactement. Dassault a fait deux voitures : l'une était complètement électrique et une seconde, qui est hybride mais par rapport aux hybrides que l'on connaît aujourd'hui, qui ont un gros moteur thermique et un petit moteur électrique, là c'est un énorme moteur électrique et un tout petit thermique, et ça change radicalement la donne. Mais Peugeot et Renault sont en train de les sortir. Chez Peugeot, les premières voitures tout électrique c'est au tout début de 2011, si mes informations sont exactes.

Guillaume Cahour : Ce qui veut dire que pour les Français, les automobilistes, on va se serrer la ceinture financièrement pendant encore trois, quatre ou cinq ans, avec des voitures qui consomment encore beaucoup de carburants classiques et que ce n'est qu'après que l'on pourra respirer ?

Jean-Louis Borloo : Non, vous pouvez commencer à acheter des voitures à 100 grammes.

Guillaume Cahour : Mais on n'est pas au courant ?

Jean-Louis Borloo : Il commence à y avoir beaucoup d'informations.

Guillaume Cahour : Vous parlez en tant que Ministre de l'Ecologie mais là je vous parle de l'aspect financier ?

Jean-Louis Borloo : Ça va avec ; il se trouve que le destin fait que les émissions de CO2, qu'il faut réduire massivement, rencontre le problème de la rareté des hydrocarbures et donc globalement, massivement les prix des matières premières.

La rédaction-Bourdin & Co