BFMTV

Benoît Hamon "bouleversé" par la mort d'Henri Emmanuelli

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, a réagi au décès d'Henri Emmanuelli, voyant en lui une "forme d'âme soeur".

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, s'est dit "bouleversé" par le décès mardi de l'ancien ministre et figure de l'aile gauche du PS Henri Emmanuelli, qui était "une forme d'âme soeur" pour lui.

"C'est très dur pour moi de vous en parler", a déclaré Benoît Hamon.

"Il a joué un rôle extrêmement important dans ce que je suis, je lui dois beaucoup. Ça me bouleverse. C'était comme une forme d'âme soeur pour moi. Il était plus vieux que moi mais c'était comme un frère en politique", a t-il ajouté, lors d'un point de presse à Bruxelles.

Le député des Yvelines, lui aussi tenant de l'aile gauche du PS, avait revendiqué cette filiation dimanche après-midi lors de son grand meeting à Bercy, citant notamment Henri Emmanuelli parmi des "femmes et des hommes qui vous apprennent qu'il faut tenir même face à l'air du temps, surtout face à l'air du temps, qu'il faut toujours se battre pour ses idées et qu'il ne faut jamais oublier pour qui on se bat".

"Influence bienveillante"

Henri Emmanuelli avait apporté son soutien à Benoit Hamon début janvier, lors de la primaire organisée par le PS, le jugeant "le plus à gauche" parmi les socialistes, tout en émettant des réserves sur son projet de revenu universel, jugé "déresponsabilisant".

Benoit Hamon avait d'ailleurs au même moment tenu une réunion publique à Mugron dans les Landes, au coeur de la circonscription de Henri Emmanuelli, soulignant "l'influence bienveillante" de l'ex-président de l'Assemblée nationale (1992-1993) dans son parcours. 

Cofondateur du courant "Un monde d'avance" avec Benoît Hamon, Henri Emmanuelli avait, durant l'été, toutefois qualifié d'"irresponsables" Benoît Hamon et Arnaud Montebourg pour avoir décidé de se présenter à la présidentielle alors que François Hollande, en président sortant, pouvait encore être candidat.

dossier :

Benoît Hamon

G.D. avec AFP