BFMTV

Bellamy: "Rétablir l'ordre, c'est la première responsabilité de l'Etat"

François-Xavier Bellamy sur BFMTV et RMC, le 26 mars.

François-Xavier Bellamy sur BFMTV et RMC, le 26 mars. - BFMTV

François-Xavier Bellamy, tête de liste Les Républicains aux élections européennes, était l'invité de BFMTV et RMC ce mardi matin.

Invité ce mardi matin de BFMTV et RMC, le maire adjoint de Versailles et tête de liste LR aux prochaines européennes François-Xavier Bellamy, est revenu sur le dernier week-end de mobilisation des gilets jaunes, marqué notamment par la violente chute d'une femme de 73 ans à Nice samedi, lors d'une charge des forces de l'ordre, alors qu'elle manifestait dans un périmètre interdit.

"Nous sommes devant un dévoiement du droit à manifester"

Des plaintes visant la police et le préfet des Alpes-Maritimes ont été déposées lundi après la blessure de cette militante altermondialiste, dont l'état s'est toutefois amélioré depuis.

"Le désordre qui règne dans notre pays depuis trop longtemps a fait trop de gâchis humain, trop de blessés, parfois même des morts. Je pense que rétablir l'ordre c'est la première responsabilité de l'Etat. (...) Je crois qu'il faut maintenant que nous puissions réapprendre à manifester dans les règles qui s'imposent à toute démocratie. Ici nous sommes devant un dévoiement du droit à manifester, je pense aux casseurs qui ont ruiné de façon régulière les Champs-Elysées. Maintenant ça suffit", a fait valoir François-Xavier Bellamy.

La réduction du nombre de parlementaires, une "erreur"

S'exprimant par ailleurs sur la question de la réduction du nombre de parlementaires, François-Xavier Bellamy a estimé "à titre personnel" qu'il s'agit d'une "erreur".

"Avec les meilleures intentions du monde, on va continuer à éloigner la décision politique des citoyens. La dépense publique dans notre pays n'est pas d'abord constituée par les élus qui travaillent, qui font leur travail pour représenter les Français. Il faut que cette représentation soit mieux assurée, mais on ne l'assurera pas mieux en éloignant nos élus", a-t-il développé. 
Adrienne Sigel