BFMTV

Bartolone sur la Commission européenne : « Qu’ils se taisent ! »

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone est favorable à une suppression totale des allocations familiales pour les ménages les plus riches.

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone est favorable à une suppression totale des allocations familiales pour les ménages les plus riches. - -

Claude Bartolone était l’invité de Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi sur RMC et BFMTV. Il est revenu notamment sur les chiffres du chômage et a taclé la Commission européenne.

Claude Bartolone est l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi matin sur RMC et BFMTV. Le président de l'Assemblée nationale est revenu sur les chiffres du chômage publiés jeudi soir, et en hausse pour le 24e mois consécutif.
Le socialiste a aussi réagi aux critiques émises par François Hollande contre la Commission européenne. Claude Bartolone avait renchéri en fustigeant les « bureaucrates européens ».

Sur la publication du patrimoine

8h54 – Claude Bartolone : « Je ne publierai pas mon patrimoine. (…) Je ne suis pas sûr que les Français s’intéressent aux petites cuillères en argent. Le président de la République a trouvé les mots justes "Il faut pas de voyeurisme". J’ai fait évaluer ma maison, elle est évaluée à 1,2 million d’euros mais je ne l’ai pas achetée à ce prix. (...)»

Sur l’alignement des retraites du public sur le privé

8h52 - Claude Bartolone – « C’est la première fois en France qu’il y a un accord entre syndicats et patronat. (…) Je veux que l’on sauve le régime par répartition ».

Sur le vote EELV contre le projet de loi d’enseignement supérieur

8h50 - Claude Bartolone « Je le regrette car c’était un bon texte. La ministre Fioraso a accepté beaucoup d’amendements des Verts. Je veux discuter avec eux car il y a besoin d’un rassemblement le plus large possible. Malgré ce moment délicat, il faut continuer à discuter ».

Sur la Commission européenne

8h46 - Claude Bartolone : « Je dirai la même chose que François Hollande (…) Il n’y a rien de pire que dire qu'on n'a pas besoin des citoyens pour construire l’Europe ».

« Je dis aujourd'hui à la Commission : "Taisez-vous". Ils n'ont pas à nous dire que ce qu'on doit décider. Qu’ils se taisent ! Les Français doivent s’exprimer, les Français ont le droit de choisir ».

« Je dis à la Commission qu’elle a un travail à faire, qu’elle se concentre sur ce travail et qu'elle respecte les électeurs ».

Sur la réforme des allocations familiales

8h45 – Claude Bartolone : « Pour un certain nombre de familles qui ont les moyens, c’est un plus dont ils n’ont pas forcément besoin. Pendant cette période de crise, au-dessus d’un revenu, on peut faire l’effort de ne pas recevoir les allocations familiales. Ça ne me dérangerait pas de les supprimer carrément. Je pense qu’il y a des familles pour qui c’est indispensable de les recevoir, pour d’autres, ils ne s’en rendent peut-être même pas compte ».

8h42 – Claude Bartolone : « Par rapport aux emplois jeunes, nous nous intéressons aux jeunes sans qualification. C’est plus dur, il faut être plus affuté, développer un système de qualification. L’Assemblée a décidé d’évaluer la loi sur les emplois d’avenir ».

Sur les emplois d’avenir. Michel Sapin a reproché à Claude Bartolone de ne pas en faire assez dans son département, la Seine-Saint-Denis

8h40 – Claude Bartolone : « On a créé autant d’emplois que Paris en Seine-Saint-Denis. Je ne veux pas simplement qu’on vote la loi, mais aussi qu’on l’évalue ».

Les mesures sont-elles suffisantes ?

8h38 – Claude Bartolone : « On en remettra s’il faut. Ça suffit de voir des seniors jetés de leurs entreprises sans transmettre leur savoir. C’est la première fois qu’il y a un tel effort pour la compétitivité des entreprises ».

Sur l’inversion de la courbe du chômage

8h37 – Claude Bartolone : « S’il y a un sujet où il faut montrer du volontarisme, c'est celui-là. Le président nous a fait voter les emplois d’avenir, le contrat de génération, etc. »

Retrouvez aussi l'émission Bourdin & Co de ce vendredi.

Paulina Benavente avec Jean-Jacques Bourdin