BFMTV

Aubry apporte son soutien à Hollande dans l'affaire Banon

François Hollande s'est rendu mercredi à 15H00 au siège de la Brigade de la répression de la délinquance contre la personne pour être entendu dans l'affaire Tristane Banon. /Photo prise le 20 juillet 2011/ REUTERS/Gonzalo Fuentes

François Hollande s'est rendu mercredi à 15H00 au siège de la Brigade de la répression de la délinquance contre la personne pour être entendu dans l'affaire Tristane Banon. /Photo prise le 20 juillet 2011/ REUTERS/Gonzalo Fuentes - -

PARIS (Reuters) - Martine Aubry a apporté mercredi tout son soutien à François Hollande, candidat à la primaire socialiste pour l'élection...

PARIS (Reuters) - Martine Aubry a apporté mercredi tout son soutien à François Hollande, candidat à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle de 2012 en France, qui doit être entendu dans l'affaire Tristane Banon.

"A l'heure où certains utilisent une affaire privée, dont la justice est saisie, celle de Tristane Banon, pour mettre en cause François Hollande, je veux réagir à cette nouvelle dérive et apporter tout mon soutien à François Hollande", écrit la maire de Lille dans un communiqué.

Martine Aubry, qui est également candidate à la primaire socialiste qui se jouera en octobre, redit sa volonté "de faire de 2012 une élection exemplaire, consacrée aux problèmes de notre pays et des Français".

"A l'heure où, au Royaume-Uni, la démocratie est affaiblie par le scandale de News of The World, il nous revient à tous, politiques, médias, citoyens, de donner au débat public en France sa force et sa hauteur", ajoute-t-elle.

François Hollande a indiqué mercredi qu'il souhaitait être entendu le plus rapidement possible afin que l'enquête préliminaire ouverte sur les accusations de tentative de viol formulées par Tristane Banon à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn ne parasite pas sa campagne pour la primaire.

Des médias ont évoqué une audition du responsable socialiste en septembre, en pleine campagne de la primaire socialiste. Mais le parquet de Paris a fait savoir mercredi qu'aucune date n'avait été en réalité fixée pour cette audition.

"Ce que je n'accepte pas, c'est la manipulation d'une affaire qui n'est pas la mienne, qui n'est pas celle du PS, à des fins politiques", a dit François Hollande.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur la plainte de la romancière Tristane Banon, qui accuse l'ex-directeur général du FMI de tentative de viol, des faits qui, dit-elle, remontent à 2003.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal