BFMTV

Attentat de Nice: Alain Juppé détaille ses solutions pour lutter contre le terrorisme

-

- - -

Alain Juppé refuse d'accabler le gouvernement, mais affirme qu'il faut faire plus dans la lutte contre le terrorisme. Le candidat à la primaire de la droite a détaillé son programme.

"Faire plus, et faire mieux", c'est le mantra d'Alain Juppé. Après l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes le soir du 14 juillet à Nice, le candidat LR à la primaire de la droite et du centre n'entend pas baisser les bras. Selon le maire de Bordeaux, "il faut prendre d'autres mesures". 

Renforcer la présence policière et militaire

Selon Alain Juppé, la présence policière et militaire sur le sol français n'est pas suffisante. Le maire de Bordeaux préconise de la multiplier pour permettre une réponse plus rapide en cas d'attaque terroriste. Pour cela, il rappelle sur BFMTV et RMC qu'il avait proposé "dès janvier" de "mobiliser les réserves opérationnelles de la police et de l’armée" pour "soulager nos policiers et militaires épuisés". 

"Si on part du principe qu’on ne peut pas empêcher, qu’est-ce qu’on fait? On baisse les bras?" s'est par ailleurs interrogé Alain Juppé face à l'affirmation de Manuel Valls que "d'autres vies seraient fauchées". Sur l'aspect logistique, le candidat à la primaire de droite propose également un renforcement des services de renseignement: "il faut resserrer et renforcer le renseignement territorial, ce qui permet de détecter les changements de comportements".

Surveiller les prisons... et les écoles

Deuxième pierre angulaire du programme d'Alain Juppé en matière de sécurité: la surveillance des phénomènes de radicalisation. Selon l'ancien Premier ministre, "aujourd’hui, c’est la vie ou la mort, ça implique des mesures draconiennes." L'édile propose donc de surveiller les enfants dès l'école, en formant les professeurs à repérer par exemple les discours négationnistes. 

Alain Juppé souhaite enfin accentuer la surveillance des prisons, "pépinières de jihadistes" selon lui. Le maire de Bordeaux veut créer une "police pénitentiaire des prisons" pour repérer les individus qui se radicaliseraient derrière les barreaux. Il demande aussi des peines plus sévères pour toute personne consultant régulièrement des "sites internet jihadistes".

P.A.