BFMTV

Appel du 18 juin: hommages en tous genres chez les Républicains

Nicolas Sarkozy, le 24 mars 2015.

Nicolas Sarkozy, le 24 mars 2015. - Thomas Samson - AFP

Le 18 juin donne l'occasion aux cadres des Républicains de montrer ostensiblement leur participation à différents hommages à l'appel du 18 juin.

A chacun son 18 juin. Pour commémorer les 70 ans de l'appel du général de Gaulle, les responsables des Républicains rendent chacun un hommage différent – en prenant soin de ne pas se croiser. Objectif: se poser en héritier légitime de l'action du général. Mais si chacun a prévu un hommage différent, seul Nicolas Sarkozy semble ne pas participer à un évènement particulier. Mais il s'est toutefois fendu d'un tweet en guise d'hommage.

Jeudi, le président des Républicains a prévu de se rendre à la fête annuelle de l'Union de la vallée de l'Oise et de la ville nouvelle, à l'invitation d'Axel Poniatowski, qui vient d'être nommé vice-président de la Commission nationale d'investiture. L'an dernier, c'est Alain Juppé qui avait répondu à l'invitation. Classique, le maire de Bordeaux s'est rendu cette année à Colombey-les-deux-Eglises, où Charles de Gaulle est enterré, avec notamment Benoist Apparu. Revendiquant le rassemblement, Alain Juppé s'inscrit dans la tradition gaulliste plus que jamais d'actualité, selon ses mots dans le livre d'or de la Boisserie, la résidence personnelle du général.

L'an dernier, Bruno Le Maire avait été le seul cadre de l'UMP à se rendre à Colombey. Et jeudi matin, il ne manque pas de le rappeler sur Twitter.

Cette année, c'est au Liban qu'il célèbrera le 18 juin: il participe jeudi soir à une soirée d'hommage avec le maire de Colombey, Pascal Babouot. De Gaulle vécut deux ans au Liban, où il était affecté à l'état-major des troupes du Levant à Beyrouth, rappelle le Journal du dimanche.

Xavier Bertrand, lui, a choisi cette date très symbolique pour lancer... sa candidature aux élections régionales. Le député-maire de Saint-Quentin tient un meeting jeudi soir à Bousbecque, près de Roubaix.

François Fillon est enfin à Londres, autre ville symbole de l'histoire du Général de Gaulle. En pleine campagne pour la primaire, chacun tente de se montrer, et surtout de se poser en rassembleur. L’Appel du 18 juin aura au moins donné cette opportunité aux candidats.

Ariane Kujawski