BFMTV

"#Amazonie": la permanence d'une députée LaREM dégradée et taguée dans le Lot

La permanence de Huguette Tiegna a été dégradée samedi soir, à Figeac dans le Lot.

La permanence de Huguette Tiegna a été dégradée samedi soir, à Figeac dans le Lot. - Jacques Demarthon - AFP

Cette fois-ci, les feux en Amazonie et le sommet du G7 semblent être l'objet des revendications, au vu des tags découverts sur la façade de la permanence. Une personne a été interpellée et placée en garde à vue pour cette nouvelle dégradation du bureau d'un député LaREM.

A Figeac, dans le Lot, la permanence de la députée LaREM Huguette Tiegna à Figeac a été vandalisée dans la nuit, a-t-elle fait savoir ce dimanche. Sur Twitter, l'élue a posté une photo postée montrant la porte d'entrée de sa permanence. Au-dessus, le mur a été tagué avec l'inscription "G7 envie de tout péter" et "#Amazonie". "Les vitres ont également été brisées à trois endroits", a-t-elle affirmé.

"Acte de malveillance"

"Les gendarmes qui patrouillaient dans le secteur ont entendu un bruit de vitre cassée et sont immédiatement intervenus. Une personne a été interpellée et placée en garde à vue", a ajouté HuguetteTiegna, indiquant avoir "déposé plainte".

Depuis la ratification du Ceta - traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada - le 23 juillet, plusieurs permanences de députés LaREM ont été dégradées ou murées en France.

"Un mur en carton avait déjà été érigé devant ma permanence, et des affiches anti-Ceta collées, mais c'est la première fois que je subi un acte malveillant pareil", a déploré la députée.

"La violence ne résoudra rien"

Cet incident intervient au moment où le sort de la plus vaste forêt tropicale de la planète - l'Amazonie en proie à des incendies dévastateurs - est au coeur du sommet du G7 qui se tient ce week-end à Biarritz. Dimanche, des centaines de manifestants anti-G7 ont participé à Bayonne à un rassemblement, exhibant des dizaines de portraits d'Emmanuel Macron, qualifié de "président de la République des pollueurs", que des militants écologistes ont décrochés dans des mairies depuis février.

Emmanuel Macron "a clairement exprimé son engagement et ses propositions en faveur de l'environnement et de la protection de la biodiversité, en évoquant en particulier le cas préoccupant des incendies en Amazonie", a écrit Huguette Tiegna dans un communiqué, soulignant que "la violence ne résoudra en rien les problèmes de notre planète".

Ambre Lepoivre avec AFP