BFMTV

Allocations familiales modulées: "ce n'est pas la meilleure solution"

Les allocations familiales seront-elles modulées en fonction du revenu? Un débat est possible selon le gouvernement (illustration)

Les allocations familiales seront-elles modulées en fonction du revenu? Un débat est possible selon le gouvernement (illustration) - Philippe Huguen - AFP

Les députés de la majorité proposent de moduler les allocations familiales en fonction des revenus. Une idée qui séduit certains élus de l'opposition, mais suscite des doutes - même au sein du PS.

Critiqué pour avoir proposé une réforme du congé parental et de la prime de naissance pour réduire le déficit de la Sécu, le gouvernement va-t-il être sauvé par les députés de la majorité? En effet, Laurence Dumont a proposé à la place une attribution des allocations familiales modulée en fonction des revenus

Une idée qui séduit certains élus de l'opposition pourtant attachée au principe d'égalité du versement de ces aides. "Je suis plutôt favorable à un plafonnement" des allocations en fonction des revenus, a déclaré la député européenne Nadine Morano mercredi sur BFMTV, tout en insistant sur "le gouvernement qui met à mal la politique familiale en France".

"Un principe en discussion", dit Hollande

D'ailleurs, si pour le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, c'est "une bonne idée", le patron des députés socialistes Bruno Le Roux a fait savoir qu'il y a "une position très majoritaire" dans ses rangs "pour étudier" cette hypothèse.

"C'est une solution de repli, a estimé le PS Christian Paul sur RMC. Ce n'est pas la meilleure". "Le problème vient de cette question du plafond à partir duquel on module les allocations", juge sur BFMTV le député PS de Haute-Garonne Gérard Bapt.

Pourtant, "ce n'est pas la position du gouvernement" retenue pour le budget de la Sécurité sociale, a tempéré mercredi la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. "C'est une proposition qui a une force réelle: "plus nos revenus sont élevés, moins on touche d'allocations. (...) Nous allons en discuter avec les parlementaires", a-t-elle assuré, se disant "ouverte aux débats", sur France Info. "C'est un principe en discussion et qui n'a pas encore été retenu", a assuré François Hollande mercredi.

Claude Bartolone demandait aussi "une étude d'impact" pour "ne pas prendre de décision sans savoir exactement quel est l'effort réclamé aux uns et aux autres".

Le FN "totalement opposé" à cette idée

"Un débat va s'engager" a confirmé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll sur Europe 1. "C'est une question très importante entre l'universalité des allocations et l'idée toute simple - c'est d'ailleurs ce que l'on a fait sur le quotient familial - qu'il faut qu'on essaye de proportionner, de moduler en fonction du revenu", a poursuivi Stéphane Le Foll.

Un débat qui pourrait aussi se tendre. Ainsi le député UMP des Français de l'étranger Thierry Mariani propose pour sa part "de conditionner les allocations familiales à une présence de plusieurs années en France." Le Front national est lui "totalement opposé" à cette idée car, écrit Marine Le Pen, "les allocations familiales ne répondent pas à des considérations fiscales mais à une véritable politique de protection et de développement de la famille, dans l'intérêt de toute la Nation".

Quant à l'Union nationale des associations familiales (Unaf), elle juge "désastreyse" l'idée d'une modulation des allocations. "Parmi les trois branches de la Sécurité sociale, la branche famille est la seile structurellement saine. Il serait irresponsable de la remettre en cause jusque dans ses fondements".

S.A. avec AFP