BFMTV

Agnès Buzyn va annoncer le déremboursement total de l’homéopathie d'ici 2 ans

La ministre de la Santé s'était personnellement engagée en faveur de son déremboursement. Ce mardi, Agnès Buzyn annonce vouloir suivre l'avis de la Haute Autorité de santé en décidant d'"engager la procédure de déremboursement total de l'homéopathie".

En fin de semaine dernière, le JDD annonçait qu'Emmanuel Macron avait donné son feu vert au déremboursement de l'homéopathie, une nouvelle relayée également par Les Echos ce mardi. Le déremboursement sera progressif jusqu’au non-remboursement total dans 2 ans, selon des sources concordantes, a fait savoir la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Une décision qui divise, au sein même des proches d'Emmanuel Macron. "C'est une connerie! On risque le même résultat que les APL ou les 80km/h... Mais Macron n’aime pas dédire ses ministres", explique à BFMTV l'un d'entre eux, sous couvert d'anonymat. 

Car comme le signalent encore Les Echos, Emmanuel Macron choisit de soutenir sa ministre, qui, ancienne présidente de la Haute Autorité de santé (HAS), s'était personnellement engagée en faveur du déremboursement "au nom du respect des études scientifiques et de sa propre crédibilité dans les milieux médicaux."

Dans un entretien au Parisien ce mardi, Agnès Buzyn a dit "assumer" sa décision, estimant cependant qu'il ne fallait pas forcement arrêter de la prescrire: "Je comprends l'attachement des Français à ce type de traitements. Mais ils n'ont ni prouvé leur intérêt en santé publique ni dans le soin des pathologies courantes".

Efficacité pas prouvée pour la HAS

De son côté, la HAS avait statué, dans un avis définitif rendu fin juin, que l'efficacité de l'homéopathie n'était pas prouvée. Selon Libération, la "Commission de la transparence de la Haute autorité de santé avait voté ce mercredi à la très grande majorité (une seule voix contre) le déremboursement des produits homéopathiques".

Le débat sur le déremboursement est revenu à plusieurs reprises sur le devant de la scène ces dernières années. Il a été relancé de façon spectaculaire en mars 2018, avec la publication d'une tribune véhémente contre l'homéopathie et d'autres "médecines alternatives" signée par 124 médecins. Depuis, ces médecins ont créé un collectif nommé Fakemed.

Thomas Soulié avec Hugo Septier