BFMTV

Affaire Dieudonné : La popularité de Manuel Valls en chute libre

A 7h25, tous les jours, retrouvez Véronique Jacquier pour sa chronique RMC politique

A 7h25, tous les jours, retrouvez Véronique Jacquier pour sa chronique RMC politique - -

Manuel Valls n'est plus la personnalité préférée des français. Il perd 6 points dans le dernier baromètre BVA. 49% de bonne opinion. Il est désormais deuxième derrière Alain Juppé.

Manuel Valls paie-t-il l'affaire Dieudonné ?

Oui. Manuel Valls apparait comme un censeur aux yeux de ceux qui sont attachés à la liberté d’expression. Même l'ancien ministre Jack Lang a dit que la décision du conseil d'Etat d'interdire les spectacles de Dieudonné était une profonde régression.

Quant à la droite, elle aimerait des résultats sur ce qu'elle appelle les vrais sujets : l'insécurité, l'immigration. Le combat du ministre de l'Intérieur apparait aussi comme un coup médiatique faisant beaucoup trop de publicité à Dieudonné.

S'attendait-il à cette douche froide ?

Non. Il croyait que son activisme allait payer ! Mais les proches de Manuel Valls tempèrent la baisse de popularité. "C'est la preuve qu'on ne fait pas de politique en fonction des sondages", disent-ils. "Le ministre a pris des risques. Ils seront payants sur le long terme. Manuel Valls a gagné car plus de 80% des Français ont maintenant une mauvaise opinion de Dieudonné".

Maintenant attention ! Manuel Valls est la star des élections municipales. Mais il est moins sollicité pour la campagne. Certains élus de banlieue ne veulent plus de lui. Parmi leurs électeurs, la clientèle de Dieudonné.

Bernard Sananes, la baisse de popularité de Manuel Valls est un résultat à nuancer ?

Oui, c'est un peu comme dans la vie, comme à l'école ou au top50. Quand on est premier depuis très longtemps, plusieurs mois sans interruptions, cela finit toujours à un moment par arriver. C'est ce qui se passe pour Manuel valls. Pourquoi? Parce qu'une partie de l'opinion lui reproche d'en avoir fait trop sur ce sujet et puis on voir bien que les préocuupations sécuritaires montent.

Donc le reproche qui peut être fait à Manuel Valls par une partie de l'électorat c'est "pendant que vous vous êtes occupé de Dieudonné, vous vous en occupez moins et on attend surtout des résultats".

Mais il faut rappeler qu'il reste, et de loin, le ministre le plus populaire, nettement devant Taubira, Fabius, Montebourg... Ensuite, il clive plus mais il reste une personnalité qui a quasiment la même côte de popularité à droite qu'à gauche. Et dans le noyau dur des sympathisants du PS, on le suit pour l'instant plutôt globalement.

Maintenant ce qu'il faut savoir c'est s'il s'agit d'un accident de parcours, des retombées de l'affaire Dieudonné et que dans un mois il va effacer ces pertes, ou est-ce le début d'une normalisation de la popularité de Valls ?

Municipales Véronique, Manuel Valls est l'homme qui veut être le champion de la gauche face au FN. Comment agit-il ?

Il va sur le terrain. Vendredi dernier il était dans le Vaucluse, terre où le FN nourrit de grandes ambitions. Il a dressé un bilan positif des zones de sécurité prioritaires. Ce n'est pas suffisant. Manuel Valls est le premier à dire que la meilleure arme pour combattre le FN ceux sont les résultats.

En coulisse les responsables du Front National sourient quand le ministre montre les muscles. L'un d'eux m'a dit hier soir: "qu'il s'occupe des règlements de comptes à Marseille. Encore un mort hier". Cela dit le FN accuse une baisse avant ces élections.

Bernard Sananes, qu'est-ce que le FN peut gagner à l'occasion de ces municipales ?

Il y a plusieurs enjeux pour le FN. le premier, c'est le maillage territorial. Sur 500 000 conseillers municipaux, moins de 100 sont étiquetés, revendiqués Front national, Marine Le Pen en espère 1 000. Le Front national veut récupérer des vitrines.

Et puis être l'arbitre de l'entre-deux tours en faisant parfois tomber la gauche ou parfois tomber la droite dans une série de ville où le Front national sera au second tour et jouera ce rôle d'arbitre.

Véronique, une info municipale ?

Oui...Depuis plusieurs mois circule une rumeur. Elle prend de l'ampleur avec les municipales.

Plusieurs candidats Front National rapportent que des immigrés quittent la Seine-Saint-Denis pour s'installer dans des villes de province moyennant l'octroi de subvention accordée à la municipalité accueillante.

Le maire socialiste du Mans porte plainte. Limoges et Niort ont déjà porté plainte contre X...L’ancien ministre Benoist Apparu a fait de même à Chalon en Champagne.

Une ville à suivre pour les municipales avec vous Bernard Sananes.

Roanne. Et pourquoi Roanne ? Parce qu'lle fait partie des 20 villes qui ont toujours basculé : un coup à gauche, un coup à droite. La maire socialiste a été élue en 2008, battue aux législatives et là, c'est la belle.

Véronique Jacquier