BFMTV

Affaire Benalla: la motion de censure de LR débattue mardi, le Parti socialiste propose la sienne

Le groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale le 4 juillet 2017 après un discours du Premier ministre.

Le groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale le 4 juillet 2017 après un discours du Premier ministre. - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

La motion de censure des Républicains, consécutive à l'affaire Benalla, a été déposée ce jeudi soir et sera débattue mardi. Une autre motion de censure pourrait être portée par la gauche.

La motion de censure déposée par le groupe LR ce jeudi soir contre le gouvernement sur l'affaire Benalla sera débattue mardi à 15H à l'Assemblée, selon l'ordre du jour fixé dans la soirée par la conférence des présidents et rapporté par des participants.

Une motion de censure à gauche? 

Le Parti socialiste a quant à lui annoncé qu'il proposait à la gauche une motion de censure alternative. Le PS a diffusé un texte à ce propos. "Face à l’ampleur de la crise créée par 'l’affaire Benalla' et compte tenu de la gravité des faits, le Parti socialiste réuni en Bureau national extraordinaire, a décidé de présenter une motion de censure contre le gouvernement", est-il écrit en préambule. Le document expose ensuite les motivations sur lesquelles se fonde ce projet de motion de censure:

"En cherchant à étouffer les exactions de M. Benalla, puis en organisant un mensonge d’État, puis en orchestrant le verrouillage des travaux de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, le Président de la République, avec le soutien de son gouvernement, a mis en péril le fonctionnement de nos institutions. Le Parti socialiste proposera demain aux groupes de gauche de l’Assemblée nationale de déposer ensemble une motion de censure."

Les Insoumis ne font pas non plus mystère, depuis le début de la semaine, de leur souhait de porter une motion de censure, ou éventuellement de voter la mouture concoctée par LR. le chef de file Jean-Luc Mélenchon considérait d'ailleurs devant les journalistes le dépôt de cette motion de gauche comme acquise. "Dès à présent, nous sommes au travail pour que ce texte soit présenté, débattu et voté dès mardi prochain", a-t-il ajouté dans un communiqué. A défaut, il a indiqué sur son blog que la France insoumise voterait le texte présenté par la droite: "Après en avoir pris connaissance, nous avons décidé de le voter." Les trois groupes de gauche doivent obligatoirement se mettre d'accord pour avoir les 58 "signatures" requises pour la motion de censure,

La réaction de Macron

A Madrid, où il donnait ce jeudi soir une conférence de presse aux côtés du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, Emmanuel Macron a voulu montrer qu'il était serein devant cette perspective, expliquant que "la réalité des forces politiques et l’arithmétique politique à l’Assemblée nationale ne devaient pas amener à envisager que cette motion de censure puisse conduire à sanctionner le gouvernement d'Edouard Philippe". 
Robin Verner avec AFP