BFMTV

À quoi servent les ministres de "rien"?

Les membres du gouvernement sans attribution.

Les membres du gouvernement sans attribution. - BFMTV

C'est inédit: sept ministres et secrétaires d'Etat sont nommés dans le gouvernement d'Édouard Philippe "auprès" d'un autre membre du gouvernement, sans attribution précise.

Un portefeuille vide: c'est la nouveauté du gouvernement Philippe 2. Plusieurs entrants au gouvernement sont ainsi nommés auprès d'autres ministres sans attribution précise.

Des "ministres de rien" au nombre de sept, parmi lesquels figurent par exemple Benjamin Griveaux, fidèle macroniste nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie et des finances Bruno Le Maire, la sénatrice MoDem Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, ou le Républicain Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

Des bras en plus

"Ils ont vocation à être les adjoints des ministres auprès desquels ils sont nommés", explique l'exécutif à l'AFP. Ces "ministres auprès" sont d'abord un renfort opérationnel pour les ministres "titulaires", dont certains sont chargés d'un périmètre très large, comme Jacques Mézard à la Cohésion des territoires - maroquin qui fusionne trois ministères (Logement, Villes et Aménagement du territoire) -, ou sont extrêmement sollicités, comme Gérard Collomb à l'Intérieur. 

"Je ne peux pas faire comme Jean-Luc Mélenchon et avoir des hologrammes partout", plaisante même Nicolas Hulot, ce vendredi sur BFMTV.

Le "ministre auprès" pourra notamment jouer un rôle de représentation lors des séances d'examen des textes par le Parlement, ou se charger de dossiers spécifiques, comme tel ou tel cas de crise industrielle pour le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie. 

Contrôle politique

Un conseiller du Premier ministre a beau assurer au Figaro que "l'objectif n'est pas de multiplier les contre-pouvoirs internes", certaines nominations semblent toutefois destinées à assurer l'emprise du duo exécutif sur son gouvernement. Difficile de ne pas lire la nomination de Benjamin Griveaux, ancien porte-parole de La République en marche, comme l'installation d'une "taupe" au sein d'un ministère tenu par la droite. 

"Cet intime de Macron sera l'œil de Moscou du président, il lui rapportera ce qui s'y passe, commente dans Le Figaro un parlementaire macroniste, ex-socialiste. Avoir deux ministres de droite à Bercy, Le Maire et Darmanin, c'était angoissant pour la gauche."

Ambition managériale

La fonction inédite de ministre "auprès" correspond à la fois à la conception entrepreneuriale de la gouvernance défendue par le président et à l'impératif d'aguerrissement des troupes macronistes issues du "renouvellement".

"Cela permet d'avoir un ministre senior et des secrétaires d'État un peu plus juniors", a ainsi expliqué le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. 

"Les ministres de plein exercice joueront un rôle de manager, de tutelle", précise Matignon. Sébastien Lecornu (31 ans) et Brune Poirson (35 ans), nommés auprès de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique, sont les parfaits exemples de ces jeunes cadres politiques "couvés" pour la suite du quinquennat. 

Louis Nadau