BFMTV

8 nouveaux ministres font leur entrée au gouvernement

Brigitte Bourguignon devient ministre déléguée chargée de l'autonomie.

Brigitte Bourguignon devient ministre déléguée chargée de l'autonomie. - Thomas SAMSON / AFP

Barbara Pompili, Eric Dupond-Moretti, Roselyne Bachelot, Elisabeth Moreno, Alain Griset, Brigitte Klinkert, Nadia Hai et Brigitte Bourguignon entrent au gouvernement.

Huit nouveaux ministres ou ministres délégués font leur entrée au gouvernement, dont Barbara Pompili à la Transition écologique, Eric Dupond-Moretti à la Justice, Roselyne Bachelot à la Culture, et Elisabeth Moreno à l'Egalité femmes-hommes, a annoncé le secrétaire général de l'Elysée lundi.

Alain Griset aux PME, Brigitte Klinkert à l'Insertion, Nadia Hai à la Ville et Brigitte Bourguignon à l'Autonomie complètent l'équipe gouvernementale renouvelée de Jean Castex.

  • Eric Dupond-Moretti

Avocat pénaliste, Eric Dupond-Moretti devient à 59 ans ministre de la Justice en remplacement de Nicole Belloubet. La nomination de cette forte personnalité intervient alors qu'Eric Dupond-Moretti a récemment porté plainte après les révélations sur des écoutes secrètes du Parquet national financier (PNF), qui l'ont poussé à dénoncer le pouvoir des juges et à appeler à des Etats généraux de la Justice. En tant qu'avocat pénaliste, Eric Dupond-Moretti a défendu de nombreuses personnalités controversées comme Abdelkader Merah, le frère du terroriste Mohamed Merah, Bernard Tapie, Jérôme Kerviel, Jérôme Cahuzac ou plus récemment Patrick Balkany.

  • Elisabeth Moreno

Dirigeante d'entreprises, Elisabeth Moreno fait son entrée en politique en obtenant le portefeuille de l'Egalité femmes-hommes détenu auparavant par Marlène Schiappa, auquel s'ajoute la Diversité et l'Egalité des chances. Originaire des îles du Cap Vert, elle est actuellement présidente de HP Afrique après avoir été PDG du groupe informatique Lenovo en France entre janvier 2017 et janvier 2019.

  • Barbara Pompili

Cette écologiste au ton libre âgée de 45 ans a présidé la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale depuis son élection comme députée sous la bannière de La République en Marche en 2017. L'ancienne secrétaire d'État chargée de la Biodiversité dans les gouvernements de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, fut l'une des premières personnalités de gauche à apporter son soutien à Emmanuel Macron avant la dernière course à l'Elysée. Ancienne militante des Verts dont elle s'est éloignée, Barbara Pompili doit incarner le tournant écologique pris par Emmanuel Macron au lendemain du second tour des élections municipales qui a vu des villes comme Lyon, Strasbourg et Bordeaux tomber entre les mains de défenseurs de l'environnement.

  • Roselyne Bachelot

Figure de droite, docteur en pharmacie, Roselyne Bachelot-Narquin a une longue expérience gouvernementale : ministre de l'Ecologie de 2002 à 2004 sous Jean-Pierre Raffarin, elle a été nommée à la Santé et aux Sports puis aux Solidarités et à la Cohésion sociale sous François Fillon entre 2007 et 2010. A 73 ans, celle qui se dit férue d'opéra hérite du ministère de la Culture en remplacement du centriste Franck Riester, qui reste au gouvernement pour prendre en charge le Commerce extérieur. Parmi ses faits d'armes politiques figure le Pacte civil de solidarité (Pacs), que l'ex-députée fut l'une des rares élues de droite à défendre en 1999.

  • Brigitte Bourguignon

Ex-socialiste ralliée à En Marche, la présidente de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée Brigitte Bourguignon se retrouve à piloter le lourd dossier de l'Autonomie, en lien avec le grand âge. La députée du Pas-de-Calais s'est récemment illustrée à la tête de la commission d'enquête sur le Covid-19, dont elle ne voulait faire "ni un tribunal ni un feuilleton télévisé". Sa gestion a été saluée même par les oppositions et tranchant avec la commission d'enquête sur l'affaire Benalla il y a deux ans. À 61 ans, Brigitte Bourguignon intègre pour la première fois un gouvernement, comme ministre Déléguée auprès d'Olivier Véran.

  • Brigitte Klinkert

Brigitte Klinkert, première femme à présider le Haut-Rhin, est une défenseure acharnée de l'Alsace où elle enchaîne les mandats depuis des décennies. Elle est la nouvelle ministre déléguée, chargée de l'Insertion. Née en 1956 à Colmar, cette élue, très présente sur le terrain, est diplômée en droit, puis de l'Institut régional d'administration de Metz, avant de décrocher au début des années 1990 un diplôme "d'initiation théologique et de formation pastorale de base". Outre ses différents mandats électifs comme conseillère municipale de Colmar et conseillère départementale du Haut-Rhin, celle qui a indiqué lundi ne plus faire partie "depuis un an" du parti Les Républicains, a été chargée de mission au conseil général du Bas-Rhin de 1979 à 2011, puis auprès de la région Alsace, puis Grand Est jusqu'en 2017.

  • Alain Griset

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P), Alain Griset, fait son entrée au gouvernement où il aura la responsabilité d'aider les petites et moyennes entreprises à survivre après la crise sanitaire. Nommé auprès de Bruno Le Maire, le nouveau ministre délégué aux PME, a fait part de sa "très grande émotion" devant ce "grand honneur". A 66 ans, c'est une forme de consécration pour ce Nordiste, artisan-taxi pendant plus de 30 ans, de 1975 à fin 2016. Elu le 19 janvier 2017 à la tête de l'U2P, Alain Griset avait auparavant présidé l'Assemblée permanente des chambres de métiers et d'artisanat et l'Union nationale des taxis.

  • Nadia Hai

Députée de 40 ans, Nadia Hai est nommée ministre déléguée à la Ville. Elle était jusqu'alors élue LaREM des Yvelines où elle avait battu sèchement le socialiste Benoît Hamon en 2017. Novice en politique, Nadia Hai avait éliminé le candidat socialiste à la présidentielle dès le premier tour des législatives, avant de s'imposer au second face au LR Jean-Michel Fourgous. Originaire de Trappes, cette conseillère de gestion en patrimoine pour la banque Barclays, titulaire d'un diplôme supérieur de banque, a travaillé 15 ans en qualité de conseillère en gestion de patrimoine. Cette mère de famille avait co-fondé le Comité Femmes En Marche avec Macron (FEMM). Elle avait notamment axé sa campagne sur l'égalité des chances et la jeunesse, en revendiquant son inexpérience - et son manque de notoriété -, selon elle gage de renouveau.

https://twitter.com/helenefavier Hélène Favier Rédactrice en chef BFMTV