BFMTV

4 Français sur 10 ne partiront pas en vacances cet été

56% des européens utilisent Internet pour réserver leur hôtel ou leur moyen de transport.

56% des européens utilisent Internet pour réserver leur hôtel ou leur moyen de transport. - -

Selon un baromètre Ipsos publié ce jeudi, seuls 62% des Français ont l’intention de partir en vacances cet été, un chiffre en forte baisse sur un an. Mais pour ceux qui partent, en revanche, pas question de se serrer davantage la ceinture.

Est-ce la pluie qui décourage les Français ? Même pas. Mais la crise, elle, est toujours là, et vient peser sur le budget vacances. Selon un baromètre Ipsos pour Europe Assistance, seuls 62% des Français ont l’intention de partir cette année, un chiffre en baisse de 8 points par rapport à 2012, et un record pour la France depuis 2005. Mais même ceux qui connaissent les bons plans RMC n'ont pas l'intention de réduire leur budget.

Les Britanniques ont le moral

Ne nous plaignons pas pour autant, il semble que le reste de l’Europe soit encore plus mal lotie : 54% des Européens comptent faire leurs valises cet été, en baisse de 4 points sur un an, et un décrochage impressionnant si on compare à 2011 : 12 points de perdus.
Dans le détail, la carte des départs en vacances risque bien de ressembler à celle des pays les plus touchés par la crise. 42% des Espagnols espèrent partir (–9 points en un an, et ils étaient 65% en 2011) et 53% des italiens. Un an plus tôt, 63% d’entre eux imaginaient un break estival. La situation des Allemands (52%, -3 points en un an) et des Autrichiens (57%, -2 points), grâce à une meilleure situation économique, semble se stabiliser, même s’ils restent encore prudents avant d’aller dépenser les chèques vacances. Les Britanniques sont les seuls à être de plus en plus nombreux à vouloir poser leur serviette sur une plage cet été : 56% d’entre eux comptent partir, un chiffre en hausse de 5 points sur un an.

58% des Européens vont économiser sur leur budget vacances

S’ils sont moins nombreux à vouloir partir cette année, Européens comme Français n’ont pas l’intention pour autant de trop se serrer la ceinture. Avec un budget moyen de 2140 euros, les Français envisagent même de dépenser 28 euros de plus (+1%) qu’en 2012.
Le chiffre est d’ailleurs dans la moyenne européenne de 2 100 euros, quasiment stable d’une année sur l’autre. Mais les disparités sont fortes. Les Britanniques auront le budget moyen le plus élevé (2 803 euros) et en forte hausse, puisque cette année, nos amis d’outre-Manche comptent dépenser 20% de plus qu’en 2012. Le chiffre est supérieur de plus de 1 000 euros à celui des Espagnols, en queue de peloton. Belges et Autrichiens sont aussi bien lotis, les premiers avec un budget en hausse de 100 euros, à 2 508 euros, les seconds avec 2 505 euros pour 2013, soit une hausse de 325 euros sur un an. Les Allemands (2 343 euros, -129 euros) et les Espagnols sont ceux qui prévoient de réduire le plus drastiquement leurs dépenses, alors que les italiens ne veulent rien changer, avec 1 761 euros. En moyenne, 58% des vacanciers européens comptent économiser sur leur budget estival, les moins enclins à le faire étant les Français (51%) et les Belges (44%).

La France toujours en tête des destinations

Et ceux qui partent, où vont-ils ? Cette année encore, l’Europe reste la première destination des européens, puisque 81% d’entre eux n’ont pas l’intention de quitter le continent. Et cette année encore, la première destination européenne est la France, qui devrait accueillir 18% des touristes européens (contre 20% en 2012), suivie de près par l’Italie (17%) et l’Espagne (14%).
Et ceux qui ont la chance d’avoir le soleil chez eux ont tout compris : Italiens et Espagnols séjourneront en majorité dans leur pays, pour 70% d’entre eux dans le premier, pour 65% dans le second. Les Français, eux, sont 60% à vouloir rester sur le territoire national, alors qu’ils étaient 67% à avoir de plus larges horizons l’année dernière.

Les réseaux sociaux de plus en plus utiles

Enfin, pour ceux qui partent, encore faut-il préparer ses vacances. Plus d’un Européen sur deux (56%) utilise Internet pour réserver son hôtel comme son moyen de transport, un chiffre en constante augmentation. Nous n’étions que la moitié en 2005. Les Britanniques sont les plus actifs sur la toile, suivis des Belges, des Français et des Allemands. Côté réseaux sociaux, les Espagnols sont les premiers à les utiliser pour faire leurs choix de destination (32%), suivis des Italiens et des Allemands. Les Français, eux, sont plus frileux : seuls 7% d’entre eux utiliseront Facebook ou Twitter pour décider où se rendre. Si les réseaux sociaux pouvaient prédire les destinations les plus ensoleillées, nul doute qu’ils auraient plus de succès.

Retrouvez aussi tous les bons plans RMC pour partir en vacances.

Mathias Chaillot